Archives avec l'étiquette : Arnaud Imatz

« Gaston Bouthoul, polémologue. Fin de l’omertà ? », par Arnaud Imatz

Le réalisme politique ne jouit pas en France d’une bonne réputation, ni dans les milieux académiques, ni dans les médias mainstream. Si dans les pays Anglo-saxons, en Amérique hispanique et dans le reste de l’Europe (en Italie tout particulièrement), l’intérêt ne se dément pas pour « l’école de pensée réaliste », dans l’Hexagone, elle est le plus souvent balayée d’un revers de main, taxée d’idéologie antidémocratique, manichéenne, opportuniste et désespérante, perçue comme une idéologie de dominants qui refusent de penser le changement et l’avenir.

112 Partages
Cercle Aristote Logo

“Lettre à Franco : les silences, omissions et contre-vérités d’un cinéaste militant”, par Arnaud Imatz

Lettre à Franco, version française de Mientras dure la guerra (Pendant que dure la guerre), est un film bien ficelé et remarquablement servi par la prestation de l’acteur principal Karra Elejalde, mais dont le défaut rédhibitoire est de prétendre se fonder sur des travaux d’historiens sérieux alors qu’il relève de la pure fiction.

Mai 68, le grand carnaval parisien (II)

– La revendication de « la liberté sexuelle » a été le déclencheur – De jeunes révolutionnaires devenus de vieux notables ou la loi de fer de l’oligarchie   III. – LA REVENDICATION DE « LA LIBERTÉ SEXUELLE » A ÉTÉ LE DÉCLENCHEUR Examinons maintenant brièvement la chronologie des

0 Partages

Comprendre la question catalane

Le 30 novembre 1934, un jeune député madrilène déclarait devant le Parlement espagnol : « […] pour beaucoup, ce problème catalan est un simple artifice et pour d’autres ce n’est qu’une affaire de cupidité ; or ces deux attitudes sont parfaitement injustes et maladroites. La Catalogne, c’est beaucoup de choses à la fois, et beaucoup plus profondes qu’un simple peuple de marchands. La Catalogne, c’est un peuple profondément sentimental ; le problème de la Catalogne ce n’est pas un problème d’importation et d’exportation ; c’est un problème — très difficile —, un problème de sentiments ». Jordi Pujol, président de la Généralité de Catalogne pendant près d’un quart de siècle, dira un jour de l’auteur de ces propos qu’il est « un de ceux qui ont le mieux compris la Catalogne, et dans des circonstances très difficiles » (Tiempo, 22 décembre 1997, nº 816). Au grand scandale des gardiens de l’historiquement correct, il se référait alors à l’avocat fondateur de la Phalange Espagnole, José Antonio Primo de Rivera.

0 Partages
Sed facilisis velit, suscipit massa quis Praesent ultricies mattis fringilla ut Secured By miniOrange