La chronique anachronique de Hubert de Champris

Docteur Penny Sartori, Mieux comprendre les expériences de mort imminente – La sagesse des EMI -, préface de Pim Van Lommel, Guy Trédaniel éditeur, 22 €.

Docteur Rajiv Parti, Mourir pour s’éveillerLe voyage et l’éveil d’un médecin dans l’au-delà, préface de Raymond Moody, Guy Trédaniel éditeur, 19 €.

Bahram Elahi, Fondamentaux du perfectionnement spirituelLe guide pratique -, Guy Trédaniel éd., 240 p., 18 €.

Nous ne cessons de marteler, de toute la force de nos sous-entendus, que les nouvelles guerres de religion – ou, du moins, ce qu’on appelait au Moyen-Âge les disputes – à échéance d’un demi-millénaire, prendront leurs sources et tireront leurs arguments de cette zone, à la fois géographique et spirituelle, qu’on désigne du nom d’au-delà. Ces trois livrent éclairent non d’un jour inédit mais explorent de façon ample et plus exhaustive que nombre de précédents ouvrages ces territoires que nous sommes appelés à connaître un jour. Ils en sont des guides. De que le Guide Vert Michelin et Le Petit Futé ne donnent pas toujours une description analogue moins encore similaire d’un même lieu tout en leur demeurant fidèle, les docteurs Sartori et Parti doivent être lus de conserve et de concert comme diraient les lexicologues et ma concierge. Ils ont en commun de confirmer ces deux grands axes d’investigation (ou : instruments théoriques de recherche), à savoir :

1/ – le retour de l’hypothèse voire de la thèse démonologique. Elle nous conduit à recourir à un champ de connaissance largement tombé en désuétude depuis, grosso modo, la fin du Moyen-Âge. Notez que nombre d’ouvrages du groupe Guy Trédaniel, ceux émanant en particulier d’exorcistes patentés, lui ont déjà rendu son actualité, sa pertinence, mieux : son exactitude.  

Sartori et Parti ont ceci de novateur que leurs témoignages (et ceux recueillis) montrent que le pourcentage des EMI noires, néfastes voire infernales est plus important que ne le supposaient de précédentes statistiques. Mais si, schématiquement parlant, la réalité de la zone maline semble à présent de mieux en mieux attestée, celle de la zone divine ou pré-divine ne l’est pas moins : l’hindouiste Parti converse avec les archanges Michel et Raphaël, ce dernier le confortant et le renouvelant dans sa mission de médecin des corps et des âmes tout en ne se prononçant pas sur le bien-fondé de sa perception du cycle de la réincarnation ;

2/ – le recours à la valeur explicative des principes de la physique quantique. Avec eux, nous croyons pouvoir pénétrer dans la logique de l’entendement divin tout en devant relever que nous ne pouvons que demeurer au seuil de cette logique, c’est-à-dire tout au mieux l’apercevoir mais sans la vivre ni la ressentir ni en comprendre le sens ultime. En effet, dans l’univers (ou, plus exactement : les univers) approchés par ces deux livres, tous les différents types de causes aristotéliciennes (formelle, finale etc), efficientes en apparence dans notre monde terrestre visible, se fondent et se confondent.

Il vous faut être prévenus avant de lire ces documents, ces témoignages où, plus que dans bien d’autres domaines, le fait et le droit, la description brute et l’explication risquent de se mélanger à l’insu du narrateur. Pour accéder à ce statut prudentiel de prévenu, recourrez à ces persans, à Elahi père et fils lesquels, curieusement, ne se présentent pas : ils n’allèguent d’aucune obédience, ni chiite, ni soufie mais d’une sagesse que Bahram Elahi aurait personnellement reçue, ou conçue, le ou, vous vous en doutez, devant probablement être suppléer comme on sait…Il nous dit de nous garder des « tourbillons extatiques pseudo-mystiques ». Sans sous-entendre que ceux-ci fatalement perturbent ou vicient les mondes esquissés plus haut ainsi que l’esprit de leurs explorateurs, cette mise en garde sera pourtant, et pour le moment, notre conclusion :

« Les tourbillons extatiques pseudo-mystiques, nuisibles à l’âme, se trouvent naturellement à la frontière de l’inconscient psychique et de l’inconscient spirituel de tout homme. Ils prennent source dans notre soi impérieux, renforcé par les entités négatives tentatrices toujours aux aguets de l’âme humaine pour la dévier. Toute spiritualité qui a pour but les pouvoirs surnaturels, les amours mystiques extatiques, les états de conscience modifiée ou la seule paix mentale, conduit inéluctablement ses adeptes dans ces tourbillons. Ces états rendent l’âme dépendante, stoppent le développement de la raison saine et affaiblissement l’âme. En revanche, les émotions mystiques vraies, venant des entités positives divines sont dans une certaine mesure, nécessaires aux débutants jusqu’à ce que leur raison saine se soit suffisamment développée pour que l’amour de Vérité s’installe en eux. »

Hubert de Champris

0 Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Phasellus commodo non felis venenatis, consectetur id, massa ut consequat. nec Donec Secured By miniOrange