La chronique anachronique de Hubert de Champris

Monique de Kermadec, La femme surdouée, Albin Michel, 200 p., 17,90 €.

Il ne faut rien considérer comme acquis, évident, incontestable qui n’ait pas été auparavant tenu comme tel par la jurisprudence des siècles. Or, la distinction masculin/féminin figure parmi ces données naturelles, non culturelles auxquelles les sciences dites humaines ou sociales peuvent certes s’intéresser mais, pas plus que l’existence de la couleur bleue et de la couleur rose, non contester le principe même. Un handicapé moteur-cérébral, lui, pâtit d’un…handicap par rapport à celui qui ne l’est pas, l’enfant, d’une faiblesse structurelle par rapport à l’adulte, la veuve, par rapport à la femme qui ne l’est pas. En soi, la femme n’a donc pas à relever un ‘‘défi’’ pas rapport à l’homme. Or, le dernier livre en date de cette grande dame brune et distinguée qu’est la psychanalyste et psychologue des improprement dits surdoués Monique de Kermadec porte le sous-titre – Double différence, double défi -. Qu’il existe une différence entre Homme et Femme, le mot est faible tandis que le sexe du même nom, comme le constatait le biologiste Jean Rostand, est biologiquement fort. Qu’il existe des différences entre une femme dite surdouée et une qui ne le serait pas, certes. Mais, en l’espèce, l’auteur ne nous dit jamais vraiment lesquelles faute, précisément, de s’atteler en amont à un petit travail de taxinomie (même si on estime par convention que les livres de vulgarisation sur le sujet traite d’office – et, même, jusqu’à peu, sans le savoir – du sous-type [faussement jumeau des laminaires] complexe). Kermadec opère toutefois un intéressant rapprochement avec certaines caractéristiques retrouvées chez les anorexiques. En fait, les travaux sur l’existence de caractéristiques de surdouance qui seraient propres au sexe féminin sont extrêmement maigres. Les références données par l’auteur, d’origine anglo-saxonnes, sont soit déjà anciennes, soit d’ordre sociologiques c’est-à-dire sans rapport avec le sujet qui est avant tout de comprendre en quoi, structurellement, une jeune fille, une jeune femme, une femme peuvent être différentes d’un enfant, d’un adolescent, d’un adulte d’une telle spécificité. Autre spécialiste de la question, Arielle Adda disait sans l’écrire qu’elle constatait chez les surdouées une prédominance de duos (au reste, suggérait-elle, plus sensuels et sociaux que proprement sexuels si l’on peut dire). On sait qu’il y a là une piste très ténue qui, en toute hypothèse, ne rendrait pas compte de l’ensembles des phénomènes. Bref, La femme surdouée, – dont, dans la plénitude de leur existence, il est de sa nature altruiste, généreuse si ce n’est de combler les désirs d’autrui, au moins de deviner voire de répondre aux besoins d’autrui – nous laisse ici sur notre grande faim en ne justifiant ni du bien-fondé de son titre ni de celui de son sous-titre. Rien n’est perdu cependant. Pour faire un peu mieux connaissance avec cette femme-là, il nous reste… les autres livres de Madame de Kermadec (surtout L’adulte surdoué) puisque les caractéristiques en la matière sont communes aux deux sexes même si, marginalement, elles peuvent ne pas se manifester de la même façon chez les deux, non du fait de motifs sociologiques ou politiques mais en raison de causes liées à leur nature (distinguo que l’auteur ne fait pas, en tous cas se refuse à prendre en compte.)

Demeure aussi la plus vivifiante, la plus directe, la plus enthousiasmante façon de rencontrer la femme douée par excellence qui est de lire la relation, chargée d’émotions changeantes, bariolées, de sa vie, la description, avec âme mais sans états d’âme, de ses rencontres hétéroclites, de voir en œuvre le sens critique tel qu’il s’exerce chez elle et au cœur d’un siècle qu’à la suite d’une Françoise L’Héritier et de tant d’autres, Monique de Kermadec croit pouvoir estimer patriarcal. Mais, dira-t-on, où trouver pareil récit ? Dans les mémoires d’une grande dame et Autour de la table en pierre, sous-titre des Souvenirs de Rose d’Ormesson.

Hubert de Champris

0 Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

velit, id ipsum tristique adipiscing libero. risus.