2 commentaires pour “Vidéo de la conférence de Pierre Magnard : « Déconstruire la déconstruction »”

  1. le yéti devenu cyborg :

    Quand JPY Rougeymon distingue identité et souveraineté (sa vidéo où il cherche le mot « solipsisme » sur Zemmour etc) et croit qu’elle sont déliées il n’est pas marxiste, je le suis.
    .
    Aussi dans la dialectique de la « déconstruction de la raison », nietzschéenne, la déréliction dans La Machine de Heidegger, la perte des valeurs du Passé, du sens de l’État, le consumérisme crétinisant comme alpha et oméga, ciment des bobo narcissiques indifférenciés multiethniqués dans la différenciation mondaine du Supermarché, apparaît la négation de la négation.

    Alors la mort de la Mort nie l’Avoir pour l’Être, elle est le « berger de l’Être » ultime, qui terrasse l’aliénation primordiale, celle qui donnait sens aux religions, aux états, aux idéologies, comme œuvres impérissables communes. Elle est la synthèse, à la fois miel narcissique ultime et nécessité de l’État Total. La Cité des Immortels n’est pas bobo.

    Alors elle impose une nouvelle identité, dans l’Espace Vital de la surnatalité, de la destruction de la Terre, et même elle est absolue. Car aucune identité particulière ne peut se passer de la nouvelle Sparte. Et sa monnaie et de fer. L’avoir pâlit honteusement face à l’Être Immortel. Le Capital essaie de vendre l’élixir sur son Marché, tel Pépi II essaya de se réserver le Livre des Morts pour lui seul… Impossible.

    Celui qui est en charge de la survie de l’espèce nouvelle, par delà races, passés, cultures, est ainsi un Léviathan réssucité. Il est le plus riche et son peuple est misérable, car rien ne s’échange avec la mort de la Mort, pour l’Unique de l’Occident.

    Ainsi se nie la négation des valeurs, c’est une ruse de la raison dialectique dans l’Histoire amphigourique.

    1. le yéti devenu cyborg :

      Jean-Pierre Yves Rougeyron

      https://www.youtube.com/watch?v=nCET-ZIo_Go
      vidéo très intéressante même si je ne suis pas d’accord à cause de ça, la nation ne ressuscitera pas :

      « Le racisme ne s’interprète nullement comme une pathologie du nationalisme, mais au contraire comme une idéologie ayant pour but de fournir un « ersatz de nation » à une époque où s’annonce déjà la crise ou le déclin de l’État national. Le racisme fournit la base idéologique la plus adaptée pour faire tenir ensemble une masse déracinée d’individus atomisés, privés de liens sociaux par la désagrégation des structures organiques et des solidarités traditionnelles induite par la modernité. C’est cette masse déracinée qui va fournir le terreau des totalitarismes, avec leur volonté de « mobilisation totale », d’arrêt de l’histoire et de création d’un « homme nouveau » L’impérialisme va alors de pair avec le racisme. » Hannah Arendt

      La technique reste le seul champ politique et là se distingueront les amis et les ennemis.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :