Tag Archives: Luc-Olivier d’Algange

A propos de « Ils sculptent en nous le silence » de Gustave Thibon, par Luc-Olivier d’Algange

Sous le titre magnifique Ils sculptent en nous le silence, et précédé par une lumineuse préface de Philippe Barthelet, a paru un de ces livres rares qui illustrent l’excellente et bien connue devise initiatique: « Répandre la lumière et rassembler ce qui est épars ». Force est de reconnaître que ces essais, qui n’étaient point destinés tout d’abord à être réunis, se répondent à la perfection. Leur cohérence n’est point artificieuse mais essentielle: elle témoigne d’une aventure intérieure où l’admiration et la générosité eurent la plus grande part.

« L’Art poétique de Charles Maurras » par Luc-Olivier d’Algange

«  Le Dieu t’encoche à l’arc de la mer » – Charles Maurras
Charles Maurras est un illustre méconnu. On retient de son œuvre   des idées générales, transmises par des historiens hostiles ou des vulgarisateurs. Quelques formules suffisent à l’intellectuel qui se targue de culture générale. Il parlera

« Fin mars. Les hirondelles », par Luc-Olivier d’Algange

D’emblée, à lire les Cahiers de Joseph Joubert, nous sommes saisis par un sentiment de légèreté, d’enfance, un « je ne sais quoi », un « presque rien » (selon la formule de Fénelon) qui évoque le matin profond des dialogues platoniciens, – ce moment qui précède leur exécution maïeutique ou didactique.

À propos du livre de Françoise Bonardel par Luc-Olivier d’Algange

Luc-Olivier d’Algange
À propos du livre de Françoise Bonardel
Triptyque pour Albrecht Dürer
La conversation sacrée
Peu d’essais échappent à l’alternative, ou au double écueil, de l’érudition pure et de la simplification plus ou moins polémique. Triptyque pour Albrecht Dürer est de ceux-là, rares, qui, tout en étant à