« Vers un nouvel ordre écologique ? », par Henri Feng

Un vent de chaleur souffle sur la France. En effet, les derniers résultats électoraux (ceux des élections européennes du 26 mai dernier) manifestant un certain plébiscite pour la cause écologique (le candidat d’EELV, Yannick Jadot, a récolté 13,5% des voix) et le début prématuré de la canicule (avec des pics de chaleur dépassant les 45°C, comme à Carpentras, par exemple) préparent la société française à connaître un véritable tournant écolo-sociétaliste : le moment de l’effacement définitif de la chose politique.

La chronique anachronique de Hubert de Champris : « Naissance de l’anti-tragédie »

L’anti-tragédie a remplacé l’antique tragédie. Une des tragédies de notre époque ne serait-elle pas, en effet, de non seulement méconnaître tout ce qui, de près et de loin, touche au tragique – qui, pourtant et pas moins qu’en d’autres temps, la parcours et l’imprègne de part en part – mais, plus encore, de regarder avec dédain, du haut de sa superbe, quand elle n’irait pas à les poursuivre de sa vindicte, à les vilipender, ceux qui soutiennent qu’on ne saurait appréhender de manière tant soit peu exhaustive la vie (dans la plus large acception du terme) sans tenir compte, et compte serré, de sa possible dimension tragique ?

Recension du « Siècle des as » de Pierre Razoux, par Serge Gadal

Traditionnellement, un « as » est un pilote de chasse qui peut se prévaloir d’au moins cinq victoires aériennes homologuées. Pourquoi précisément cinq victoires ? Avant-guerre, le titre d’ « as » avait été proposé par la presse française pour qualifier les exploits du coureur cycliste Lucien Petit-Breton, vainqueur de cinq grandes courses. Le mot est resté, le nombre de victoires requises aussi.

Parution de l’ouvrage « Puissance stratégique & réseaux techniques » de Philippe Forget

Si puissance et existence sont liées par définition, c’est que l’agir et le pâtir constituent les deux pôles de tout être. Individus et groupes humains trouvent leurs vies animées par la puissance des liens. Liberté et expansion de soi dépendent donc des rapports matériels et spirituels que tisse l’être humain avec le monde, autrui et soi-même.

La chronique anachronique de Hubert de Champris

Il y a des livres qui ne sont sauvés que par leur deuxième degré. Non le leur : celui de leurs lecteurs, lesquels, suppléant à l’erreur de l’auteur, comprennent que c’est seulement ainsi qu’il convient d’envisager la plaquette.