Luc-Olivier d’Algange : « Nous qui avons franchi le Léthé », Notes sur Ezra Pound

juillet 10, 2014 dans Nos textes par admin

Portrait d'Ezra Pound

         Les contempteurs d’Ezra Pound, qui tentent, avec une mauvaise foi plus ou moins notoire, de réduire son œuvre à l’idéologie, non moins que certains épigones qui la réduisent à un « travail d’intertextualité », exclusivement justiciable d’une sorte de critique littéraire para-universitaire, passent, mais c’est leur rôle, à côté de la réalité magnifique des Cantos en tant qu’aruspices. Ces mots sur la page, disposés en vol d’oiseaux, exigent un envol de la pensée, un envol, c’est à dire une conversion herméneutique qui, par-delà les écueils de l’analyse, nous portera jusqu’aux espaces ardents du déchiffrement.

         Les Cantos sont, dans l’histoire de la poésie mondiale, un événement unique. Rien n’y ressemble de près ou de loin. Tout au plus pouvons-nous laisser se réverbérer en nous, à son propos, les ors fluants de la prosodie virgilienne, un art odysséen de la navigation, et le dessein récapitulatif et prophétique de La Divine Comédie. L’œuvre ne choisit pas entre l’amplitude et l’intensité, entre l’horizontalité et la verticalité. La vastitude des Cantos loge des formes brèves, des aphorismes qui s’ouvrent allusivement sur d’autres vastitudes. Pound est, avec Saint-John Perse, l’un des très-rares poètes modernes à ne point dédaigner ni le réel, ni le mythe. Les hommes dans le poème de Pound tracent les figures de leurs destinées entre les choses et les dieux. De surprenantes collisions s’opèrent, les temporalités se rencontrent et se traversent selon leurs propriétés et selon leurs signes.

         Cette apparente confusion est le véritable « ordre » de la pensée. Il importe, en effet, de laisser au devenir, à l’histoire, leurs puissances et leur plasticité, et aux figures éternelles, leur éternité. Entre le mercure historial et le souffre de la flambée prophétique, le poète cristallise le sel de la sapide science. Le savoir est saveur. Le Gai Savoir d’Ezra Pound, relié aux arts poétiques romans, allège le monde. Ce monde si lourd, ce savoir si pesant, ce plomb des choses mortes et insues, la prosodie d’Ezra Pound les relance, les laisse voltiger dans les hauteurs et il nous livre, nous lecteurs, à ces prodigieux mouvements météorologiques !  Les Cantos frappent d’inconsistance une grande part de la poésie moderne, subjective, minimaliste ou sentimentale qui s’efforça d’abaisser le langage humain dans ses ressources, de rompre le pacte métaphysique unissant l’Aède à la Mesure et la pensée humaine à la diversité du monde.

         Une erreur banale consiste à prendre les Cantos comme un chaos de formes, de citations, d’interférences, une machinerie sauvage d’hyperliens, pour user du jargon informatique, une rébellion polysémique contre l’ordre, la mémoire et le sens. C’est oublier qu’Ezra Pound, en bon confucéen, se voulut d’abord défenseur de la tradition, c’est à dire de la transmission du sens, de la déférence et des préséances, servant et créateur d’une Mesure sensible et métaphysique aux antipodes de l’outrecuidance de la pensée « anarchiste ».

         Rien, dans cette œuvre souverainement libre, ne se réduit à ce qui est devenu, hélas, un dérisoire mot d’ordre bourgeois : « Ni Dieu, ni Maître ». Le paradoxe n’en brille que d’un plus vif éclat. Les Cantos sont le récit de l’histoire du monde, disposés dans le ciel de la mémoire humaine, en ressouvenir du ciel de l’immémoire surhumaine, et offerts à notre déchiffrement. Nulle obscurité mais d’impérieuses lucidités. Nous ne sommes plus dans le stupide dix-neuvième siècle des téléologies évolutionnistes, ni dans l’abominable modernité fondamentaliste du vingtième siècle, mais dans une autre logique, traditionnelle et prospective, qui sera peut-être l’inventrice de l’Europe du prochain millénaire, si toutefois elle survit au ravage.

         L’énigmatique « Il faut être résolument moderne » de Rimbaud trouve dans l’œuvre d’Ezra Pound à la fois son explication et son application. Être moderne, pour Rimbaud c’est trouver la juste Mesure avant même que l’accord ne résonnât dans le monde. En ce sens, être moderne, c’est être, à l’évidence contre ce composé de toutes les paresses « progressistes » qui est le propre du « monde moderne ». Être moderne au sens rimbaldien, c’est précisément inventer, comme le fait Ezra Pound, la prosodie de l’avenir, c’est être aruspice, c’est déchiffrer dans l’intemporel les lignes annonciatrices du plus grand avenir par fidélité à la mémoire et à la tradition. « Tout ce qui n’est pas Tradition est plagiat » écrivait Eugenio d’Ors, en échos avec Nietzsche : « L’homme de l’avenir est celui aura la mémoire la plus longue ». La remémoration des configurations décisives de notre passé n’est point nostalgique, elle est le dispositif nécessaire de toute reconquête.

         Pound exige beaucoup de son lecteur, c’est sa façon de l’honorer, de le considérer comme son égal. Il est impossible de lire les Cantos sans parcourir les espaces, les savoirs, les songes qu’Ezra Pound lui-même parcourut pour les écrire. Les Cantos sont, à cet égard, une prodigieuse mise en demeure. Ils nous somment de vaincre notre paresse et notre ignorance. Ces chants sont des passerelles entre des mondes qu’il nous faut élever hors de l’oubli par l’attention et la remémoration. Le confucianisme de Pound est ainsi une méditation sur la Mesure qui unit le Ciel et la Terre, les configurations célestes, que traversent les formations ailées des vocables et les événements de l’histoire du monde.

         Cette œuvre d’un cosmopolitisme supérieur (et il faudrait un jour définir en quoi le cosmopolitisme impérial des « grands européens », pour reprendre la formule de Nietzsche, diffère fondamentalement du mondialisme uniformisateur) n’est point sans évoquer les langues de feu de ces véritables apôtres que sont les poètes qui consentent aux périls et aux gloires de l’aventure poétique. Alors que la démocratie universaliste enferme, de fait, les hommes dans des communautarismes a-historiques, le cosmopolitisme d’Ezra Pound, dans sa perspective impériale et confucéenne, œuvre à la recouvrance des possibilités abandonnées de l’aventure poétique, virgilienne et orphique, qui discerne, au-delà des langues, la vérité épiphanique de la vox cordis et de cette expérience métaphysique fondamentale qui préside à la fois au chant des poètes et à la naissance des civilisations. Des civilisations naissent et meurent, et le poète s’y intéresse en premier lieu car ces civilisations naissent et meurent dans le chant des poètes. Les poètes n’accompagnent pas la naissance des civilisations, ils la précèdent. Il faut, disait Rimbaud, « tenir le pas gagné ».

          « La poésie ne rythmera plus l’action, elle sera en avant ». A dire vrai, en avant, elle le fut de tous temps. Le « toujours » du poème devance l’histoire dans laquelle elle s’inscrit et qu’elle déchiffre, comme son reflet éblouissant. Le poète cherche sa Mesure ; la civilisation est une Mesure trouvée. Toutes les questions de philosophie politique ou de métaphysique trouvent leur répons dans une prosodie. Il importe seulement de ne pas confondre cette Mesure avec une demi-mesure, ou avec un compromis, autrement dit une commune-mesure. La Mesure métaphysique ne prend son sens et son efficience que par le point surplombant qui la définit.

         Le songe dont naissent les civilisations, et qui chante antérieurement dans toutes les langues dans l’entendement est d’une simplicité surhumaine. Par la récapitulation enchantée de l’histoire humaine (on ne saurait méconnaître que nous sommes désormais, pour le pire et le meilleur, héritiers de l’histoire du monde) les Cantos d’Ezra Pound nous convient à rien moins qu’au dépassement de nous-mêmes et à la conquête d’une surhumanité rayonnante dans la parousie de tous les chants destinés à traverser la mort, comme des âmes infiniment fragiles et glorieuses sur la barque léthéenne. C’est au moment où tout s’efface que la poésie castalienne nous fait le signe qui nous dit que tout recommence. Le poème est écrit en diverses langues, non par goût de la confusion des genres, ou du métissage, mais pour l’excellente raison que, dans l’ordre de la poésie, tout ce qui est dit est traduit d’un silence antérieur :

« Luit

Dans l’esprit du ciel

Dieu qui l’a créé

plus que

soleil en notre oeil »

 Sculpture d'Ezra Pound

Luc-Olivier d’Algange