Luc-Olivier d’Algange : « L’Envers de la vague. Notes sur l’œuvre de Julien Gracq »

« Couchés au raz de l’eau, ils voyaient accourir de l’horizon le poids régulier des vagues, et dans un capiteux vertige il leur semblait que tombât tout entier sur leurs épaules et dût les écraser – avant de faire au-dessous d’eux un flux de silence et de douceur qui les élevait paresseusement sur un dos liquide , avec une sensation exquise de légèreté »

Julien Gracq, Au Château d’Argol

La solennité quelque peu funéraire des récits de Julien Gracq s’ouvre, pour certains d’entre nous, sur un printemps sacré.

Si la phrase de Gracq porte son charroi de métaphores crépusculaires et automnales; si la note lancinante d’une sorte de désespoir universel, comme la froidure d’une goutte de poison, ne cesse, au milieu du faste même, de faire entendre son consentement à la déréliction; si le désengagement, l’exil, le retrait, voire, pour user d’un mot naguère quelque peu galvaudé, le « pessimisme » semblent donner le ton à l’attente et au tragique qui blasonnent son œuvre, – ces majestueuses mises au tombeau d’un monde n’en demeurent pas moins traversées de pressentiments et ne rendent jamais leurs dernières armes au nihilisme ou au désenchantement.

Ce sont d’abord les paysages et leurs saisons, le palimpseste du merveilleux géographique, la puissance métaphorisante, soulevante, de la nature elle-même qui nous apparaissent comme d’impérieuses requêtes, comme des portes battantes. Ce monde déserté de toute activité humaine, figé dans une arrière-saison éternisée, cet abandon, loin d’éteindre la beauté du monde en révèle les puissances jusqu’alors dédaignées. Ce qui meurt dans les romans de Julien Gracq, ce qui s’éteint, ce qui s’étiole n’est jamais que l’industrie humaine. Les personnages se trouvent jetés dans l’immensité d’une oisiveté, d’une attente qui seuls, en dignité, sont destinés à survivre à la vanité des commerces humains. La chapelle des abîmes d’Au Château d’Argol, les « journées glissantes, fuyantes de l’arrière-saison » d’Un Beau Ténébreux, définissent d’emblée le domaine que l’œuvre ne cessera de parcourir, un domaine où le Temps hiératique règne sans disputes sur les temporalités subalternes, où la société ne survit plus que par d’anciens apparats, où toute appartenance ne vaut et ne brille que de son obsolescence dans un monde d’après la fin.

Du Surréalisme, Julien Gracq ne retiendra ni l’automatisme, ni l’idéologie révolutionnaire, mais peut-être une subversion plus radicale: le refus catégorique et fondateur d’une humanité réduite aux seules raisons du travail et de la consommation. Si loin qu’il soit des enseignements de l’humanisme classique ou des Lumières, ce refus n’en fonde pas moins une façon d’être humain, un humanisme par-delà l’humanisme, relié aux puissances ouraniennes et telluriques, aux éclatantes preuves de l’être. La « liberté grande » sera d’abord, pour Julien Gracq la liberté d’être, le rayonnement de l’être dans la contemplation. Aussi délaissées que soient les grèves, elles s’ouvrent sur un « Grand Oui » et demeurent étrangères au nihilisme et à la « littérature du non », autrement dit à la littérature du travail, du soupçon et du ressentiment. La subversion, pour Julien Gracq, est affirmative; elle est une approbation à la beauté des choses laissées à elles-mêmes, comme engourdies, abandonnées, mais qui s’offrent, dans ce délaissement, à une vérité plus profonde: « J’ai vécu de peu de choses comme de ces quelques ruelles vides et béantes en plein midi qui s’ensauvageaient sans bruit dans un parfum de sève et de bête libre, leurs maison évacuées comme un raz de marée sous l’écume des feuilles. »

Le refus de Julien Gracq, où scintillent les dernières armes jamais rendues avant la mort, est bien le contraire du « non »: « Ce qui me plaît chez Breton, écrit Julien Gracq, ce qui me plaît dans un autre ordre chez René Char, c’est ce ton resté majeur d’une poésie qui se dispense d’abord de toute excuse, qui n’a pas à se justifier d’être, étant précisément et tout d’abord ce par quoi toutes choses sont justifiées. » Seules méritent que l’on s’y attarde les œuvres qui ne s’excusent pas d’être, qui consentent à la précellence du mouvement dont elles naissent, qui témoignent de cette « participation » de l’homme au monde par l’intermédiaire du Logos, soleil secret de toutes choses manifestées, « sentiment perdu d’une sève humaine accordée en profondeur aux saisons, aux rythmes de la planète, sève qui nous irrigue et nous recharge de vitalité, et par laquelle, davantage peut-être que par la pointe de la lucidité la plus éveillée, nous communiquons entre nous. »

Restituer à la littérature sa respiration, cette alternance de contemplation et d’action, n’est-ce pas retrouver le sens même, par étymologie réactivée, du mot grec désignant l’écrivain: syngrapheus, qui signifie littéralement, « écrire avec » ? Ecrire non point seul face au monde, ou seul dans le « travail du texte » mais écrire en laissant le monde s’écrire à travers nos mots et nos phrases qui, au demeurant, font aussi partie du monde, comme une pincée de cendres, un givre, un pollen.

Suivre selon le mot de Victor Hugo, « la pente de la rêverie », c’est écrire avec l’être: « Dans la rêverie, il y a le sentiment d’y être tout à fait, et même beaucoup plus que d’habitude. Pour ma part je la définirais certainement – plutôt qu’un laisser-aller – un état de tension accrue, le sentiment d’une circulation brusquement stimulée des formes et des idées, qui jouent mieux, qui s’accrochent plus heureusement les unes aux autres, facilitent le jeu des correspondances ». Syngrapheus est l’écrivain qui accorde à ce qui survient, à l’imprévisible, sa part royale; il est aussi celui qui s’y accorde, qui ne dédaigne point la « leçon de choses » que le réel, et plus particulièrement dans les zones frontalières entre la veille et le sommeil, prodigue avec une inépuisable générosité.

Julien Gracq se rapproche ainsi de nous en s’éloignant. Ce goût du lointain, qui caractérise son œuvre, s’est éloigné de notre temps qui affectionne les rapprochements, la maitrise de l’espace, le village planétaire, les communications instantanées. Mais ce lointain, ce lointain vertigineux, ce lointain d’abysses ou de hautes frondaisons, ce lointain de landes, de lointain de précipices, ce lointain disponible jusqu’à l’effroi, ce lointain voilé, ce lointain antique et alcyonien qui suscite ces « sensations purement spaciales logées au cœur de la poitrine », par « sa foncière allergie au réalisme », sa profusion de forêt mythologique, que semblent avoir fréquenté également Shakespeare et Perrault, ce lointain, par un sentiment d’imminence propre à la guerre, présente et voilée dans presque tous ses récits, nous détache des soucis économiques et domestiques pour nous précipiter dans la pure présence des choses menacées de nous quitter à chaque instant. Ce lointain redevient une nostalgie, un appel, une présence ardente.

Ces « grèves désolées », ces rivages hantés, ces ruines dont les crêtes semblent percer l’atmosphère pour atteindre à un éther immémorial nous apparaissent comme une vocation: elles rendent présentes à notre conscience (qui cesse alors d’être seulement conscience des choses représentées) un monde, que, nous autres modernes, ne percevions plus, une géographie mystérieuse, une géopoétique, si l’on ose le néologisme, qui, pour s’être tue durant des générations, nous revient comme un chant de la terre, un langage profus, un entretien lourd de beauté à la fois concrètes et spectrales.

Dans sa hâte, dans son volontarisme obtus, le moderne ne voit rien. Il passe à côté des êtres et des choses, glisse sur les surfaces. Cependant l’oeil garde mémoire, – une sorte de mémoire héraldique, ancestrale, et les récits de Julien Gracq semblent témoigner de cette mémoire seconde, de cette réalité d’autant plus dense qu’ordinairement dédaignée. « Reste cependant, écrit Bernard Noël, à l’intérieur même de l’œil, un rond de ténèbres, oui, ce moyeu de nuit autour duquel il voit. Pupille, le puit noir, tour d’ombre renversée vers quelque ciel de tête. » Ces grandes houles de ténèbres concrètes, cette vaste nuit renversée déferlent à travers le monde, filtrent une lumière hors du temps, une lumière d’en haut, une lumière de vitrail… Cette requête du cosmos nous précipite dans un outre-monde dont seul nous sépare, selon le mot de Henry Miller, un « cauchemar climatisé ». Ce heurt des ténèbres er de la lumière rougeoie. Ce heurt est de feu et de sang. La nature servie par une prose qui consent à la lenteur révèle sa vérité; elle est le Graal, la coupe du ciel renversée sur nos têtes ! L’écriture accordée à ce drame de ciel, de mer, de forêts et de vent devient alors elle-même la rencontre d’Amfortas et de Parsifal:  « Et, passant outre à une sacrilège équivalence, comme dans le délire d’une infâme inspiration, il était clair que l’artiste, que sa main inégalable n’avait pu trahir, avait tiré du sang même d’Amfortas, qui tachait les dalles de ses flaques lourdes, la matière rutilante qui ruisselait dans la Graal, et que c’était de sa blessure même que jaillissaient de toutes parts les rayons d’un feu impossible à tarir… ».

« Le monde de Julien Gracq, écrit Maurice Blanchot, est un monde de qualités, c’est-à-dire magique. Lui-même par la bouche de son héros: le Beau Ténébreux (deux adjectifs) reconnait dans la terre une réalité fermée dont il espère mettre en mouvement, par une espèce d’acuponcture tellurique, les centre nerveux, des points d’attaches à la vie ». Les réserves dont Maurice Blanchot, par ailleurs, témoignera à l’égard de Gracq (auxquelles répondront les réticences de Gracq à l’égard de Blanchot), tiennent tout autant à une question de style qu’au dessein même de l’œuvre. Sans voir directement, entre Gracq et Blanchot, l’affrontement de deux vues du monde irréconciliables, force est de reconnaître que Blanchot (héritier de Maurras pour le style et de Kafka pour la pensée) se trouve du côté d’une décantation classique, d’une clarté des lignes, – dussent-elles ouvrir les croisées à des vertiges métaphysique ! – alors que Julien Gracq, plutôt celte que roman ( avec de certaines inclinations romantiques et wagnériennes) s’acharne à forer et à forger la langue française dans le sens d’un continuum que l’incandescence de la vision soude en un métal baroque non dépourvu de volutes et d’efflorescences, mais dures, parfois, et tranchantes. Autant Blanchot répugne aux adjectifs, qu’il n’est loin de tenir de superflus, autant Gracq construit sa phrase pour les accueillir. Les adjectifs ne viennent pas, dans l’œuvre de Gracq, à la rescousse de la structure ou de l’idée, mais, outrepassant en importance les noms et les verbes, apparaissent comme l’essentiel de la chose à dire.

« La langue française, écrit Blanchot, où les adjectifs ne sont pas à leur aise, signifierait non seulement la volonté de bannir l’accident et de s’en tenir à ce qui compte, mais aussi la possibilité d’atteindre la vérité des choses en dehors des circonstances qui nous la révèle. » L’observation pertinente frôle ici, comme chez Maurras, un jugement de valeur plus général, et peut-être abusivement général. Le génie de la langue française n’est-il pas assez grand pour s’exercer avec un égal bonheur dans la maxime sèche de Vauvenargues, dans la profusion coruscante de Rabelais, les énigmes aigües de Mallarmé, les cabrioles félines de Colette ou les suavités violentes de Barrès, – où les adjectifs ne semblent point si déplacés ? Mais peut-être la question est-elle bien plus philosophique qu’esthétique ? Blanchot n’eût sans doute pas contredit à ce philosophe de l’altérité pure qui écrivait: « Médire de la technique au nom de la poésie de la nature est une barbarie ». Dans cette perspective, une défiance morale, sinon moralisatrice, est sans doute possible à l’égard de l’œuvre de Julien Gracq, défiance pour les sortilèges pour les enchantements jugés coupables de dissoudre la conscience humaine… Sinon que depuis Au Château d’Argol, Un Beau Ténébreux, Le Rivage des Syrtes, les temps ont changés et que les sortilèges obscurs, les noirs ensorcellements qui menacent l’intégrité de la conscience humaine, les fascinations funestes où la raison périclite, où la barbarie redevient possible, se trouvent bien davantage dans les modernes techniques de communication, de contrôle et de destruction que dans la contemplation des forêts bretonnes, des « nuits talismaniques » ou des écumes sur les grèves.

Le monde vivant, le monde tellurique et météorologique ayant été déserté, ce n’est plus devant son règne jadis peuplé de dieux que cède la conscience humaine, si jamais elle céda, mais bien dans ce vide crée par son absence.  « Là où il n’y a plus de dieux, disait Novalis, règnent les spectres. » Autrement dit l’abstraction, la planification et les « réalités virtuelles ». Si bien que le mot d’ordre classique (« Déteste les adjectif et chéri la raison »), ne vaut plus dans un monde où les pires déroutes de la raison sont la conséquence de la raison, où le « technocosme » est devenu un sortilège, une féérie dérisoire, certes, mais dont on ne peut d’évader, où le vide des qualités, corrélatif d’un appauvrissement du langage, est lui-même devenu une immense métaphore obstinée.

La « dissolution brumeuse et géante » évoquée par Julien Gracq est tout autant une expérience qu’une mise-en-demeure. Par ce monde arraché, in extremis, aux planificateurs, par ce monde effondré qui nous laisse face au retentissement de l’effondrement, nous nous trouvons désillusionnés d’une raison qui ne s’interroge plus sur sa raison d’être, d’une civilisation lisse et fuyante, qui nous maintient sans cesse en-deçà de nos plus hautes possibilités. Dans l’œuvre de Julien Gracq, nous voyons ce monde se défaire, mais cette défaite qui nous emporte comme un ressac nous révèle l’envers de la vague, l’envers du langage, la vérité étymologique, la réverbération antérieure aux mots et aux choses. La puissance de cette réverbération est une menace, mais une menace salvatrice.

Luc-Olivier d’Algange

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :