Luc-Olivier d’Algange : « L’éclaircie de l’être chez Martin Heidegger »

septembre 14, 2013 dans Nos textes par admin

Heidegger près de sa « hutte » de Todtnauberg

«  Mais où le Soir guide-t-il l’obscure pérégrination de l’âme d’azur ? Là-bas où tout est autrement assemblé, abrité et sauvegardé pour un autre Levant » (Martin Heidegger)

La pensée méditante est la source de Mnémosyne

      « Lorsqu’elle est attentive à son essence, écrit Heidegger, la philosophie ne progresse pas. Elle marque le pas sur place pour penser constamment le même. Progresser, c’est à dire s’éloigner de cette place, est une erreur qui suit la pensée comme l’ombre qu’elle projette »

      Pour avoir perdu le sens de l’aube, du crépuscule et du Grand-Midi, pour être devenu indifférents et insensibles aux qualités diverses de la lumière, luminante, irradiante ou splendide, pour n’avoir pas assez vénéré la limpidité de la source de Mnémosyne, pour nous être réfugié derrière des écrans et être devenu les otages de la pensée calculante et informaticienne, notre monde (où l’éclaircie de l’Etre brille par son absence, comme une nostalgie lancinante et devenue incompréhensible) est devenu la proie d’une pénombre uniformisatrice.

       En cette pénombre, les choses deviennent indistinctes et interchangeables ; elles perdent leurs qualités et leurs secrets qui jadis étaient aussi sacrés que les fins dernières, pour devenir des moyens d’échange. A la faveur de cette pénombre « l’indigence de la pensée est un hôte inquiétant qui s’insinue partout ». Dans la grande liquidation des croyances et des valeurs, l’amnésie devient la seule valeur, mais le rien qu’elle véhicule n’est pas inoffensif, c’est un néant qui nous menace, non sous une forme apocalyptique mais dans l’insignifiance même de la vie quotidienne. L’apocalypse est toujours révélation ; l’insignifiance, elle, est ce qui tend à rendre toute révélation impossible à jamais. « Le monde, écrit Heidegger, apparaît maintenant  comme un objet sur lequel la pensée calculante dirige ses attaques et à ces attaques, plus rien ne doit pouvoir résister. La nature devient un unique réservoir géant. On ne considère pas assez que ce que les moyens de la technique nous préparent, c’est une agression contre la vie et contre l’être même de l’homme et qu’au regard de cette agression, l’explosion d’une bombe à hydrogène se signifie pas grand chose ».

Photo de Jünger et Heidegger

Ernst Jünger et Martin Heidegger

      L’homme qui n’entend pas renoncer à la suprématie de la pensée méditante est donc amené aujourd’hui à résister, à entrer dans une sorte de clandestinité impérieuse où son dessein secret se garde pour lui-même une chance de ne point disparaître, de subsister, en dépit des agressions, de plus en plus systématiques, de la pensée calculante et utilitaire. Or, celui qui garde au secret son privilège est aussi, par cela même, gardien de la nuance et du monde subtil. Lui seul connaît la voie de l’Ether, la pensée la plus libre, la plus haute et la plus ardente.

      L’Ether, nous dit la philosophie grecque, est l’élément le plus subtil caché dans l’intimité de tous les autres éléments. Chacun sait qu’il est dans la nature de l’Ether, secret intérieur de la plus grande intimité de la substance, de déboucher sur l’ivresse du Grand-Large. La quête de l’alchimiste rejoint la recherche de l’herméneute. Mais l’existence de l’alchimiste et de l’herméneute est remise en cause par le monde moderne qui, d’ailleurs, par défaut d’être et de mémoire, n’est plus un « monde » mais, tout au contraire, un interrègne ou une hypothèse mal comprise. L’alchimiste et l’herméneute, ou, disons, le poète et le penseur, n’ont plus de place dans un « monde » où, comme le dit Heidegger, l’établissement de l’homme en tant que animal rationale, comme bête de labeur, confirme l’extrême aveuglement touchant l’oubli de l’être : « Mais l’homme d’aujourd’hui veut être lui-même le volontaire de la volonté de volonté pour laquelle toute vérité se transforme en l’erreur dont il a besoin afin qu’il puisse être sûr de se faire illusion. Il s’agit pour lui de ne pas voir que la volonté de volonté ne peut rien vouloir d’autre que la nullité du néant en face de laquelle il s’affirme sans pouvoir reconnaître sa propre et complète nullité. Ainsi la bête de labeur est abandonnée au vertige de ses fabrications afin qu’elle se déchire elle-même et se détruise dans la nullité du Néant ».

Heidegger Le principe de raison

 

      L’oubli de l’être, et la culture de l’amnésie qui en procède, n’est donc pas seulement un défaut ou une privation de possibilités supérieures, c’est aussi une remise en cause de ce que nous sommes en notre plus grande humilité : être au monde, comprendre ce qu’il nous advient, trouver un sens, sinon à notre destin personnel, du moins à ce qui nous environne, en somme, vivre et exister, et non point seulement subsister et servir. Que la culture moderne ne fût point une incitation à s’interroger sur le sens de la vie serait déjà déplorable mais la question aujourd’hui est de savoir si la vocation de la culture moderne n’est point d’interdire cette question au point de la rendre incompréhensible afin de contraindre l’homme à la « volonté de volonté » et de ne jamais le distraire de son établissement comme « bête de labeur » dans l’oubli de l’être ? Cette question, pour être entendue, doit d’abord apparaître comme subversive en ce qu’elle renverse les priorités ordinairement admises. Dès lors, la fin cesse de justifier les moyens et la haine du secret, où René Guénon voyait à juste titre une caractéristique de l’homme moderne, apparaît non plus comme une volonté de libre échange mais comme la volonté totalitaire d’une domination, ou plus exactement, d’un contrôle absolu, qui ne laisse plus aucune chance à la clandestinité. Cette volonté totalitaire sera d’autant plus destructrice que toute réalité humaine, naturelle, ou divine, suppose toujours la permanence d’un secret.

      La haine moderne ne viendra point à s’assouvir avant d’avoir torturé jusqu’à la mort la nature, les hommes et les dieux. Les théories matérialistes, qu’elles soient biologiques ou économiques, ne sont rien d’autre qu’une tentative de justifier, en langage didactique, cette haine érynienne. Vouloir être moderne à tout prix est le meilleur moyen de s’assurer de ne jamais comprendre l’essence de la modernité et de ne jamais pouvoir s’en rendre maître. L’essence de la modernité, qui d’emblée se manifeste par une désagrégation du Logos, du langage, réside dans l’échec de l’Idée olympienne, céleste, ouranienne et surnaturelle et dans le triomphe provisoire du monde des titans. En ce sens, dira-t-on, la modernité n’a rien de moderne ; et, en effet, la modernité est elle-même une illusion, une erreur « qui suit la pensée comme l’ombre qu’elle projette ».

       Tant que la pensée se laisse fasciner par cette ombre, la réalité du monde moderne lui échappe et la pensée lui demeure ainsi assujettie, rendue subalterne, utilitaire, servile : « Lorsque la pensée, s’écartant de son élément, est sur son déclin, écrit Heidegger, elle compense cette perte en s’assurant une valeur comme instrument de formation, pour devenir bientôt exercice scolaire et finir comme entreprise culturelle. On ne pense plus, on s’occupe de philosophie… C’est pourquoi le langage tombe au service de la fonction médiatrice des moyens d’échange grâce auxquels l’objectivation, en tant que ce qui rend uniformément accessible tout à tous peut s’étendre au mépris de toute frontière ». Le langage tombe ainsi sous la dictature de la publicité. Préfigurée par les totalitarismes du début du siècle, qui en furent les inventeurs, l’ère de la « communication » apparaît de plus en plus comme une immense machine de guerre destinée à en finir avec  le langage, qui est la maison de l’être, et la pensée méditante qui, à travers le langage, atteste en elle-même la possibilité sans cesse renouvelée pour l’homme de se  rejoindre dans la rencontre nuptiale de l’être et de la Présence : « Etre, depuis le matin de la pensée européenne-occidentale et jusqu’à aujourd’hui, veut dire le même que Anwesen,- approche de l’être. Dans le mot Anwesen parle le présent ».

Martin Heidegger Qu'appelle-t-on penser

Rien ne s’oppose à la présence de façon aussi systématique et militante que l’idéologie du progrès. Perpétuelle fuite en avant, qui est avant tout une fuite devant la pensée, l’idéologie du progrès caducise chaque instant aussitôt que perçu et réduit ainsi le présent à un atome qui cesse d’exister au moment même où il apparaît. Dans l’ordre moral l’idéologie du progrès agit de la même sorte. Le Bien est toujours « en avant », dans un futur indéterminé, qui n’existe pas encore et cependant légitime les pires crimes au nom de sa venue ainsi qu’en témoignent les utopies révolutionnaires ou « évolutionnistes ». Outre le scepticisme à l’égard de tout combat politique, cette observation nous donne aussi à comprendre en quoi l’oubli de l’être, le mépris du langage, demeure de l’être, deviennent effectivement, de par le triomphe de l’idéologie progressiste, la proie de ce vide dévorant qu’Heidegger nomme « la nullité du néant ». Si, en effet, dans la durée linéaire du progrès, le futur n’existe pas encore, le passé n’existe plus et le présent n’existe déjà plus, tout se trouve ainsi réduit à l’inexistence, et c’est en quoi le progrès est vraiment l’idéologie dont le propre est de « néantiser ».

      Au contraire, le mot même de « présence », dans son acception la plus familière, implique l’existence du présent et mieux encore, le déploiement d’une expérience de l’être à partir de ce présent qui, dès lors, devient l’essentiel, et se tient au cœur du temps comme une île dans l’immensité des eaux  ; ce que suppose l’existence même du mot instant. « En tant qu’il est le fondement, écrit Heidegger, l’être amène l’étant à son séjour dans la présence ». Alors que l’idéologie du progrès procède avant tout d’une haine du secret et d’une volonté de tout asservir à l’utilité au calcul, la philosophie de l’être et de la présence, elle, s’efforce de demeurer au plus prés de la sérénité de ce qui est : « La pensée qui calcule, écrit encore Heidegger, ne nous laisse aucun répit et nous pousse d’une chance à l’autre. La pensée qui calcule ne s’arrête jamais, ne rentre pas en elle-même. Elle n’est pas une pensée méditante, une pensée à la poursuite du Sens qui domine en toute chose ».

      Il importe de s’attarder à cette expression : « une pensée à la poursuite du Sens qui domine en toute chose ». Cette pensée, on l’a vu, ne peut être qu’une pensée méditante qui trouve son origine dans le déploiement de la présence, mais pour mieux encore définir cette pensée on peut dire qu’il s’agit d’une herméneutique. L’herméneutique pose la question du Sens, elle s’interroge sur le Sens. En cela l’herméneutique se distingue d’une banale explication. L’explication est le résultat d’une analyse, l’herméneutique est l’accomplissement d’une interprétation.

Lettre sur l'humanisme

      « C’est aussi pourquoi il est dit, écrit Heidegger, à propos de Sein und Zeit, que c’est seulement à partir du Sens, c’est à dire à partir de la vérité de l’être que l’on peut comprendre comment l’être est ». Alors que l’analyse dénombre et classe les procédés et les influences du texte, l’interprétation, elle, s’efforce d’en exhausser le Sens. Cet exhaussement est anamnésis, ressouvenir. Le Sens préexiste à l’œuvre, il domine en amont des signes, il en éclaire les aspects dans tout ce qui est.

      Ainsi l’exhaussement du Sens est une aurore. Le pressentiment du ressouvenir est une clarté diaphane qui annonce le retour du soleil : l’embrasement de l’horizon. Le ressouvenir exhausse le Sens comme le soleil s’exhausse de l’horizon. Ce pourquoi nous pouvons dire, et cela se dit depuis l’origine de la pensée européenne jusqu’à la plus récente phénoménologie, que toute véritable pensée est une aurore, un recommencement qui se souvient. Non point, entendons-nous, une table rase mais une remémoration immémoriale, un retour vers une origine qui se souvient de tout ce qui doit advenir.

      La remémoration immémoriale est « cette pensée la plus abyssale » à laquelle Nietzsche donna le nom d’Eternel Retour. L’Eternel Retour dont parle Nietzsche n’est pas davantage une formule moderne du temps cyclique familier au monde antique que le ressassement catastrophique auquel se voit réduit l’homme moderne dans ses tentatives activistes qui toujours conduisent au même échec. L’Eternel Retour, l’anneau du Retour que chante Zarathoustra est le secret de l’Eternité, la façon humaine de dire l’Eternité qui nous épouse et nous sauve de la déréliction, de l’insignifiance et du néant.

      L’Eternité est le rayonnement du Sens, la clarté de sa domination dans tout ce qui est ; et cependant, cette clarté est indivulguée, secrète. Nul n’y parvient sans un long cheminement hors des routes balisées. L’esprit d’aventure doit venir à la rescousse de l’esprit d’exactitude. L’herméneutique est cette quête ardente, cette chasse subtile, ce pèlerinage. L’herméneutique va à la rencontre de l’écrit et du monde avec une confiance native dans le génie de l’écrit et du monde. Le Sens caché apparaît à qui le désire dans la présence. La présence est l’apparition du Sens. Par elle, le Sens, qui domine en tout ce qui est, se divulgue à nous.

Marlène Zalander Heidegger et les paroles de l'origine

      De même que la pensée méditante est un chemin et non une méthode, l’herméneutique n’est pas un système mais un art, au même titre que l’alchimie, qui cherche dans les éléments l’Ether, le Subtil, source de toute génération. Pour l’alchimiste, un secret demeure enclos dans les éléments, une âme vive que son art doit délivrer grâce à la compréhension des lois de l’Analogie universelle ; ainsi pour l’herméneute, l’inextinguible et silencieuse flamme du Sens flamboie à l’intérieur.

      Le ressouvenir est ce qui lève le voile sur cette flamme. « Jeu et danse, écrit Heidegger, chant et poésie, sont portés dans le sein de Mnémosyne ». Cédant à la pire démagogie, les modernes en sont venus à vanter le non-sens, la fascination des images réduites à elles-mêmes, l’éphémère, l’accidentel, l’oubli et l’apparence, afin de rendre impossible tout chemin vers l’intérieur. La haine du secret et de la mémoire, gardienne du secret, trouve ainsi son accomplissement dans la négation de la présence et l’oubli de l’être. Nul mieux qu’Hölderlin n’a su décrire la situation, ou, plus exactement, l’absence de situation, de l’homme en proie à la négation et à l’oubli :

«  Nous sommes un signe, vide du Sens

 Insensibles et loin de la Patrie,

 Nous avons presque perdu la parole ».

     Telle apparaît désormais la destinée humaine, réduite à la lettre morte, dépourvue de Sens, insensible, exilée, presque muette. Le signe réduit à lui-même triomphe dans le fondamentalisme, l’intégrisme, non moins que dans le puritanisme des théories matérialistes qui veulent réduire le texte à sa matérialité.

Heidegger qu'est-ce qu'une chose

      En l’absence du Sens, nous devenons insensibles. Car, de même que l’être est l’éclaircie de l’étant, le Sens est l’éclaircie des sens. En perdant le Sens nous devenons insensibles à la beauté, nous n’entendons plus, en nous, son retentissement. La littérature alors se réduit à une mécanique plus ou moins complexe dont les éléments s’associent selon des lois linguistiques, sociologiques ou psychologiques. Le Sens, qui fut le dessein de l’auteur, sa vision, sa vocation, est oublié. La fidélité du poète à son dessein est tenue pour nulle ainsi que le secret du cœur qui anime l’œuvre et lui donne sa musique unique, entre toute reconnaissable. « L‘égalité d’âme, la sérénité devant les choses et l’esprit ouvert au secret sont inséparables, écrit Heidegger. Elles nous rendent possible de séjourner parmi les choses d’une manière toute nouvelle. Elles nous promettent une autre terre, un autre sol, sur lequel, tout en restant dans le monde technique, mais à l’abri de sa menace, nous puissions nous tenir et subsister ».

      Cette sérénité de l’âme implique non un renoncement mais un détachement. Il faut se détacher des querelles, des partis, des idéologies et de toutes les appartenances spécifiantes afin d’entrer dans l’aire de la sérénité de l’âme. Alors seulement nous serons sûrs de cheminer vers notre patrie perdue, désempierrant en nous les sources de la parole, sensibles infiniment et riches de la plénitude du Sens. Tel est le cheminement de l’âme d’azur.

Le feu royal du matin ou la fulgurance d’Apollon

      Dans ce chemin vers l’intérieur, dans ce chemin ésotérique, l’âme d’azur commence par se détacher des signes, des rituels sociaux, des coutumes et des convenances. Revenant sur elle-même, elle se défie des fascinations et des pouvoirs du monde afin de retrouver « l’obscure paix de l’enfance » dont parle Trakl. L’obscurité de l’enfance est la chose la plus profonde et la plus sacrée. Elle témoigne d’une temporalité ou le monde était encore monde. Le destin de l’âme d’azur est d’aller vers l’azur mais à travers la nuit qui se trouve devant elle et la renvoie à toutes les nuits antérieures. De même que Rimbaud sut dire « cet azur qui est du noir », cette ténèbre incessante qui s’approfondit au cœur de l’été dans l’abîme de l’azur le plus profond, de même il faut entrer ici dans le mystère de l’élucidation dont Heidegger nous dit qu’elle « promeut l’élément limpide qui rayonne à travers tout ce qui est dit poétiquement, à une première splendeur ».

      La promesse qui nous est faite d’un « autre Levant » est contenue dans le sens du voyage où nous ne sommes point des vagabonds mais des pèlerins. Or, il est dit que le pèlerinage de l’âme d’azur commence par le déclin du jour et la connaissance du mystère du crépuscule. La connaissance de ce mystère est primordiale car c’est elle qui va guider l’obscure pérégrination vers Là-bas « où tout est autrement assemblé ». En notre chemin de déclin vers l’ultime Occident et les ténèbres se tient attentive la clarté renaissante qui nous sauve, de même que c’est au cœur de l’œuvre-au-noir que l’alchimiste découvre l’étincelle de la lumière incréée, philosophale : « Du sein de l’azur, écrit Heidegger, resplendit mais en même temps se voile de l’élément obscur qui lui est propre, le Sacré. Il prodigue son arrivée en se recevant dans la retenue du retrait. Clarté en l’obscur celée est l’azur ». L’âme d’azur, qui pour reprendre le mot de Trakl, est « chose étrange sur cette terre » doit donc débuter son voyage avec le déclin pour se retrouver elle-même dans la transparence de son élément natif. Dans la nuit qui maintenant envahit le monde, elle doit retrouver le pressentiment de sa patrie d’ondées lumineuses.

Heidegger et la question de Dieu

      Face à l’obscure paix de l’enfance, il y a, nous dit Heidegger, « l’enfance plus limpide parce que plus sereine et par cela autre qui est le matin en lequel le Dis-cédé est entré en déclinant. Cette enfance, paix plus sereine, le dernier vers d’un poème de Trakl la nomme début : « Regard d’or du début, sombre patience de la fin » ». Mais qui est le Dis-cédé ? Celui qui est mort sans mourir, détaché des lois de l’espèce, mais sans être décédé. Dis-cédé, il devient ce qui est dans le départ, dans la séparation d’avec le monde qui n’est plus un monde. Dis-cédé, l’Etranger disparaît dans un autre temps pour accomplir sa pérégrination vers le Levant, à travers le mystère du crépuscule et des ténèbres.

      « Ce qui est étranger pérégrine en avant, écrit Heidegger. Mais il n’erre pas, dénué de toute destination, désemparé de par le monde. La quête de l’Etranger marche à l’approche du site où comme pèlerin il pourra trouver demeure ». Le Dis-cédé est celui qui, s’éloignant du monde que domine l’espèce déchue, s’approche du site immémorial : « La fin précède, comme fin de l’espèce corrompue, le début de l’espèce ingénérée ». L’espèce « ingénérée » est l’espèce délivrée de l’espèce où se reconnaît le désir du pèlerin ; l’aurore déjà advenante en tant qu’espérée, l’aurore d’une autre conception du temps, ou, mieux encore, le matin d’un autre temps : « Car, écrit Heidegger, en un tel matin est sauvegardé le sens originel du temps qui, encore et toujours, demeure sous le voile. Pour la pensée qui nous régit il persistera, même à l’avenir, dans sa clôture, aussi longtemps que se maintiendra en vigueur la représentation du temps qui, depuis Aristote, fait autorité. En vertu de quoi le temps, qu’on le représente mécaniquement, dynamiquement, et fût-ce même à partir de la désintégration de l’atome, reste la dimension du comput quantitatif et qualitatif de la durée qui s’écoule dans la succession. Mais le temps véritable est la venue de l’être en tant que déjà lui. Déjà n’indique pas un passé pur et simple mais le recueil de l’éclosion qui, ramenant tout à elle, devance toute venue en revenant sans cesse puiser au secret de la source que lui est, dès l’aube, sa percée ». Le sens de ce qu’est une âme d’azur apparaît ainsi dans la nuit lumineuse d’un autre temps, d’un temps non plus linéaire, ni aristotélicien mais semblable à l’aurore boréale de la mémoire. Elle est, cette âme, ce qui chemine vers la patrie perdue, comme le chevalier de la gravure de Dürer, entre la mort et le diable, vers la Jérusalem céleste.

     L’âme d’azur est vivante. Toute vive, elle passe de l’autre côté, ouverte à l’ouverture d’un autre temps. Elle trouve, comme l’eût dit Eyrenée Philalèthe « L’entrée ouverte au palais fermé du roi ». De là, elle témoigne pour nous qui sommes restés, d’une vérité encore pressentie mais déjà inscrite en runes sacrées dans notre mémoire. « Au Dis-cès, écrit Heidegger, appartient la priorité de l’enfance la plus sereine, appartient ce bleu de la nuit avec les cheminements de l’Etranger, avec le battement de l’aile de l’âme, avec déjà le crépuscule comme porche du déclin ». Et ceci encore : « Dans le Dis-cès, l’Etranger prend entière mesure de la discession en laquelle il s’est séparé de l’espèce jusqu’ici advenue. Il est en marche sur son chemin ».

Martin Heidegger Sein und Zeit

      Trakl nous dit que le sentier de l’étranger est l’euphonie de ses années musiciennes. La musique et l’Esprit sont ici nommés avec une mesure du temps. Mais ce temps, de par sa provenance musicale et spirituelle, n’est plus un temps profane. C’est un temps sacré, le temps d’un regard qui « surflambe, divinateur ». Dès lors, tout, dans le destin du voyageur, lui est musique. Toute chose résonne d’un sens qui infiniment retentit en elle dans une présence dont aucune durée ne peut se départir.

      Ainsi le Dis-cédé entre dans un pays où l’unique souveraineté de l’Esprit s’exerce dans une grande et haute liberté. L’Esprit ici n’est point seulement ce qui se distingue de la matière ; ce n’est pas un concept philosophique dont participerait la raison ou l’idéologie. L’Esprit est ce qui s’élève et ce qui élève, la pure assomption de la délivrance de toute pesanteur de toute appartenance. « L’Esprit, écrit Heidegger, est ce qui flambe, flamme qui embrase, suscite, transporte, dessaisit ». L’Esprit embrase la pensée, suscite son envol qui nous transporte et par lequel nous nous dessaisissons enfin du monde des titans, du labeur, de la volonté et des lois de l’espèce.

      Le domaine de l’Esprit ne débute point là où cesse le domaine de la matière, sans quoi il serait absurde de parler de son unique souveraineté. Cette souveraineté est à la fois créatrice, au sens où elle fait advenir amoureusement le Sens qui nous sauve de l’insignifiance, et destructrice, comme peut l’être aussi, quelquefois, la fulgurance d’Apollon : « L’Esprit ainsi entendu déploie son être selon la double puissance de la douceur et de la destruction ». La puissance destructrice de l’Esprit peut donc s’exercer sur le monde matériel ou ce qui, en l’absence de la flamme de l’Esprit en notre regard, apparaît comme étant un « monde matériel ». La dualitude de l’Esprit est celle de la flamme qui à la fois éclaire et brûle. « Le flamboyant, écrit Heidegger, est l’extase qui illumine et fait resplendir mais dont la puissance n’en finit plus de tout ronger et de tout consumer jusqu’au blanchissement de la cendre ». Celui qui arrive en des contrées où s’exerce l’unique souveraineté de l’Esprit doit, plus que jamais, faire usage de sa vigilance. Dis-cédé, le monde qui n’en était plus un, ne le protège plus. Tout, dès lors, est dans l’interprétation, dans l’écoute attentive à ce que divulguent les signes à l’orient du Sens qui, de façon imminente, va embraser l’horizon de la pensée. Toute la vigilance du voyageur doit se tenir, inaltérée, dans l’imminence.

Martin Heidegger La parole heureuse entre les choses et les mots

      L’imminence d’un autre Levant, telle est la vérité essentielle de la pensée méditante, qui, en ses ultimes retranchements, exige la présence du chant. L’âme d’azur reconnaît sa suprématie, son audace, sa fougue amoureuse et chantante dans l’ultime ténèbre qui précède le feu royal du matin : « C’est dans la mesure où l’essence de l’Esprit réside dans l’embrasement qu’il fraye la voie, lui donne ouverture et met en route. Comme flamme, l’Esprit est la tempête qui monte à l’assaut du Ciel, et à la conquête de Dieu. L’Esprit jette l’âme sur la route où la marche est devancement. L’Esprit transplante en nature étrangère ».

      Comment ne pas voir alors, l’irrémédiable ineptie de ceux qui réclament du poète une obéissance aux règles du bon-goût, du bon sens, un consentement à la mesure, selon des normes universitaires ou sociales ? L’exigence même d’une poésie « à hauteur d’homme » est absurde car, si l’homme est la mesure de toute chose, toute hauteur, fût-elle vertigineuse, aux voisinage des aigles et des Anges, est humaine, – ou bien il faut admettre que l’exigence d’un poésie « à hauteur d’homme » n’est rien d’autre qu’une interdiction de dépasser la hauteur de l’homme ordinaire, ce à quoi nul vrai poète ne saurait consentir. Ainsi, le « lyrisme ordinaire » que certains cherchent à promouvoir  n’est pas seulement une assez basse démagogie, c’est aussi un renoncement à l’essence de l’homme (dont la « hauteur », toujours, est le sens même du dépassement) et un renoncement à l’essence de la poésie dont la destinée est de flamboyer dans l’Ether.

Dépassement ou suprématie de la métaphysique

      C’est un fâcheux signe des temps que la philosophie se trouve réduite à n’être qu’une affaire de spécialistes. Nietzsche, dans ses conférences sur « l’avenir de nos établissements d’enseignement » remarquait déjà que cette outrancière spécialisation n’était que le revers d’un affaiblissement général de la culture. Répandue et parodiée par le journalisme, la culture s’universalise au point de ne plus pouvoir fonder aucun privilège ni aucun respect. L’élargissement est ici un nivellement par le bas, de même que la spécialisation est une réduction à des considérations subalternes : « Selon la première tendance, écrit Nietzsche, la culture doit être transportée en des cercles de plus en plus vastes, selon la seconde, on exige de la culture qu’elle abandonne ses plus hautes prétentions à la souveraineté et se soumette, comme servante, à une autre forme de vie, nommément celle de l’Etat ».

      Issue de ces considérations inaugurales, mais non moins intempestives aujourd’hui que naguère, toute l’œuvre de Nietzsche va tenter d’opposer la concentration au rétrécissement et la souveraineté à l’élargissement, de la même façon que l’unité  s’oppose à l’uniformité. Que l’œuvre de Nietzsche fût à cet égard inentendue ou trop peu méditée, les prétendus philosophes qui hantent l’université moderne, qui elle-même ne dispense plus qu’un enseignement spectral, détaché de toute véritable expérience de la pensée et de l’être, en fournissent à chaque instant des preuves accablantes par leur refus, prétendument humble, mais en réalité vaniteusement obstiné, à sortir de leurs provinces respectives au nom d’une « rigueur » scientifique qui s’apparente singulièrement à une profonde paresse intellectuelle.

George Steiner Heidegger

      A refuser systématiquement de prendre en considération tout ce qui se trouve au-delà de l’horizon historique et géographique auquel ils furent dévolus de par le choix de leur thèse, les spécialistes de la philosophie réduisent celle-ci à n’être, au mieux, qu’une technique particulière d’explication par les causes ultimes, voire un phénomène culturel, que l’on étudie comme tel, en toute ignorance de cause.

      En toute ignorance de cause veut dire ici en toute ignorance du dessein qui préside inévitablement à l’élaboration des œuvres philosophiques, en toute méconnaissance de ce dont il est question et qui, certes, ne concerne jamais exclusivement  telle époque ou tel espace culturel particulier. La question de l’être et du temps, la question de la conscience en tant que dépassement sont posées de façon diverses mais, ubique et semper, concernent quiconque peut venir à se les poser. Et comment ne pas voir que les plus grandes disparités existent en des espaces bien circonscrits et que de profondes connivences spirituelles s’affirment au-delà des pays et des siècles, – et, en particulier dans la tradition dite « néoplatonicienne » qui unit, en une même fidélité et un même dessein, une même nostalgie et un même pressentiment, les œuvres du grec Plotin, du persan Sohravardî, de l’italien Pic de la Mirandole et des théosophes allemands qui, tels Franz von Baader ou Jacob Böhme annoncent déjà les hautes flambées du Romantisme  allemand et du Symbolisme. Ainsi, si l’œuvre de l’immense poète Saint-Pol-Roux est, pour l’essentiel, étrangère à ses contemporains et à ses compatriotes naturalistes ou positivistes, elle est, en revanche, toute-résonnante des échos de Porphyre, de Proclus ou de Damascius.

      Une idée domine ici le paysage que nous esquissons : l’idée d’une filiation spirituelle qui dépasse l’histoire mais l’éclaire, dans ses profondeurs lumineuses, de l’Idée d’une sophia perennis. Dans un remarquable entretien accordé à Philippe Némo, Henry Corbin faisait remarquer ceci : « On se dit, il y a les germanistes et il y a les orientalistes, il y a les islamisant, les iranologues etc… Mais comment irait-on du germanisme à l’iranologie ? Si ceux qui se posent cette question avaient une petite idée de ce qu’est le philosophe, la quête du philosophe, s’ils se représentaient que les incidents linguistiques ne sont que des incidents de parcours, ne signalement que des variantes topographiques d’importance secondaire, peut-être seraient-ils moins étonnés ? »

Henry Corbin

Henry Corbin

      Rien à cet égard ne me paraît plus riche d’enseignements  que le cheminement qui va conduire Henry Corbin de Heidegger à Sohravardî. Henry Corbin, sans doute l’un des philosophes majeurs de sa génération, va ainsi accomplir ce « couronnement de la métaphysique » que veut être l’ontologie en découvrant chez les gnostiques iraniens l’existence d’une  gnose qui n’a jamais cessé de penser la différence de l’être et de l’étant et de s’interroger sur la vérité de l’être et non point seulement sur l’étant en tant que tel.

      Dieu, qui d’ailleurs ne peut être nommé, loin de n’être, dans la théosophie sohravardienne, qu’un « étant suprême » est véritablement « l’éclaircie de l’être » comme en témoigne la méditation sur l’Unique fulgurant dans le traité intitulé L’incantation de la Simorgh et dont la lecture , elle-même infiniment méditée, devrait à jamais nous prémunir contre cette outrecuidance moderniste qui trop souvent nous donne l’illusion d’être, de par notre seule appartenance au vingtième siècle, « en avance » non seulement chronologiquement mais aussi spirituellement sur les philosophies antérieures.

      A Henry Corbin nous devons aussi de mieux comprendre l’ambiguïté de la pensée de Heidegger, comme d’ailleurs l’ambiguïté de toute phénoménologie moderne concernant le sens de la parole : « Est-ce, s’interroge Henry Corbin, un crépuscule qui serait la laïcisation du Verbe ou bien une aurore… La réponse dépendra des uns et des autres et les options décelables dans ces réponses me font penser que si la philosophie de Hegel donna naissance à un hégélianisme de droite et à un hégélianisme de gauche, la question peut amener la philosophie de Heidegger à donner naissance à un heideggérisme de droite et à un heideggérisme de gauche ».

Jean-François Mattéi Le quadriparti

      L’ambiguïté, de toute évidence, se tient dans l’expression même « dépassement de la métaphysique ». Par dépassement, Heidegger veut dire couronnement et l’on ne couronne point ce que l’on veut abolir ou réfuter. Le dépassement de la métaphysique dont il est question dans les écrits de Heidegger n’est en aucune façon une réfutation de la métaphysique. Comprendre le dépassement comme étant une réfutation, c’est s’interdire la possibilité même de s’interroger sur la vérité de l’être : « Car, écrit Heidegger, la métaphysique, même surmontée, ne disparaît point. Elle revient, sous une autre forme, et conserve sa suprématie, comme la distinction, toujours en vigueur qui, de l’étant, différencie l’être ».

      De même le Zarathoustra de Nietzsche « ne veut rien perdre du passé, il veut tout jeter dans le creuset ». Un grand nombre de « heideggériens » français se sont bornés à puiser dans les écrits de Heidegger des arguments contre la métaphysique, pouvant servir à des fins de réfutation, voire de « déconstruction » alors qu’il s’agit bien plutôt d’une récapitulation, en vue d’un avènement depuis longtemps pressenti. Dans le creuset de la pensée créatrice, qui fonde la présence, rien du passé n’est réfuté et tout est appelé à s’accomplir. C’est en ce sens qu’une pensée qui « dépasse » la métaphysique implique aussi une remontée aux origines de la métaphysique afin d’atteindre ce qui, en elle, demeure indivulgué.

Martin Heidegger Nietzsche tome 1

      Ainsi que le précise Jean Beaufret, l’ontologie heideggérienne dépasse la métaphysique, non pas en ce que la métaphysique serait fausse ou caduque mais dans la mesure où, en elle, quelque chose demeure en retrait. Dépasser la métaphysique c’est donc avant tout s’interroger sur le secret de la métaphysique, œuvrer à la divulgation de l’origine, à la révélation du Sens, s’abreuver aux sources de Mnémosyne. Loin de se croire « en avance », le philosophe qui veut penser l’au-delà de la métaphysique doit regarder « en arrière ». Non point qu’un passé historique fût l’objet de son intérêt ou de sa nostalgie. Regarder en arrière signifie ici retourner « en amont ».

      « En arrière, écrit Heidegger, renvoie à un être en mode rassemblé dont le commencement attend encore une pensée-souvenir pour devenir le début que l’heure la plus matinale fera apparaître ». La tradition apparaît en se voilant, elle se révèle comme la chose à la fois la plus proche et la plus lointaine, source de nostalgie mais aussi promesse qui nous est faite, et qu’à notre tour nous devons tenir. Au-delà des idéologies de progrès ou de décadence, la pensée doit nommer, écrit Jean Beaufret, « l’avènement d’une origine qui se réserve dès la splendeur de son début et dont l’oubli croissant est détresse incessamment  montante, celle du déclin du jour. Mais ce déclin en cet Occident qui est notre partage est-il irrémédiable déchéance ou bien ne décline-t-il qu’entrant dans une aurore, celle de la vérité voilée depuis toujours ? ». Et sans peut-être est-ce encore cette « aurore de la vérité voilée depuis toujours » que les plus profonds penseurs d’une critique radicale du monde moderne, tels René Guénon ou Frithjof Schuon ont désigné du terme de « Tradition primordiale ». « Il existe, écrit Raymond Abellio, une Tradition primordiale qui est celle d’un temps commun à toutes les religions, à toutes les philosophies, à tous les mythes, à tous les symboles, dont nous voyons aujourd’hui proliférer l’étude. Cette Tradition primordiale a été donnée d’un coup à l’humanité et d’une façon voilée ».

Stanley Rosen Heidegger renversé

      Au matin du monde, à l’enfance, à l’origine, appartient donc la connaissance totale mais voilée. Au long du jour, cette connaissance dévoile ses secrets. L’origine  n’est pas le point le plus éloigné de notre passé : elle est, ainsi que l’Ether est l’élément le plus subtil de tous les éléments, la primordialité même, intemporelle et fondatrice, de toute chose connue ou à connaître. La tradition est une primordialité transmise. Ainsi recevons-nous, par l’herméneutique qui garde mémoire, recueille et abrite le Sens, l’éclat et la fraîcheur de la source, la limpidité salvatrice de l’origine qui va nous donner la force et le courage du recommencement. La philosophie aurorale de la tradition, si bien illustrée par l’œuvre de Sohravardî, est amour de la sagesse matutinale, ainsi que la mer que chante Valéry « toujours recommencée ». Encore impensée, car sous le sceau d’un secret, non de convention mais de nature, la tradition s’offre à nous comme un désir et non comme une réalité immanente. La plus exacte fidélité à une doctrine de la tradition n’implique aucunement que nous fussions à même déjà de vivre selon les lois infiniment subtiles de sa structure diaphane. Or, le secret de cette structure diaphane, sans doute est-ce moins en de présomptueux discours philosophiques que nous le trouverons ouvert à notre impatience que dans l’attente émerveillée du désir amoureux ou la fulguration apollinienne de l’inspiration poétique. De même que les carrés magiques, la structure délicate et variée des fleurs de givre nous donne une idée de ce secret.

      Quoique la recherche de l’innocence, le désir d’ardentes retrouvailles avec la véritable ingénuité méditante fussent à l’origine de ces pages, nous n’ignorons certes pas la réprobation outragée que l’expression « Tradition primordiale » ne manquera pas de susciter chez certains universitaires. Feignant de croire que la Tradition en question est historique, les ennemis de la pensée traditionnelle enfilent des arguments pour montrer l’impossibilité historique d’une telle arborescence d’influences et de filiations à partir d’un origine supposée, comme si cette origine devait elle aussi se situer dans l’histoire et n’agir qu’à travers elle, comme si, au bout du compte, il ne fallait par « Tradition primordiale » ne rien comprendre d’autre qu’un phénomène culturel susceptible d’être analysé dans ses causes, ses effets et son évolution. Cette argumentation paraît d’autant plus inepte qu’elle méconnaît radicalement ce dont elle paraît traiter, prenant une chose pour une autre et s’acharnant vainement sur elle.

Martin Heidegger Approche de Hölderlin

      René Guénon, Frithjof Schuon, Ananda Coomaraswamy, Jean Tourniac et tant d’autres n’ont jamais cessé de dire et de redire dans leurs œuvres que la primordialité de la tradition se situe hors de l’Histoire, et même hors du temps, très-exactement dans l’Eternité dont le Temps n’est que l’image mobile,- et se trouve ainsi omniprésente, toujours et partout, à chaque instant voilée et dévoilée dans la présence d’une pensée dont la divinité est de se penser elle-même. La tentative de réfuter la Tradition primordiale par des considérations historiques s’apparente à la volonté de réfuter par exemple, la présence de Dieu dans l’esprit de l’homme en faisant une analyse chimique de son cerveau, ou encore à l’obstination d’un fou qui voudrait réfuter la beauté d’un poème d’Hölderlin en étudiant l’encre et le papier du livre ; et, en effet, la beauté ne s’y trouve pas.

      Mais l’idée de Tradition primordiale, si difficile à accepter pour un esprit enclin à l’arrogance technicienne, est aussi une idée dont la simple beauté s’impose à quiconque s’ouvre au secret d’une fidélité à ce qui demeure.  La Tradition implique non seulement la nécessaire présence du passé dans le présent mais aussi et surtout l’importance du permanent sans lequel il n’est point de renouvellement possible. Il suffit pour s’en convaincre d’observer l’architecture depuis le triomphe des idéologies progressistes : elle apparaît de toute évidence condamnée à ressasser des formes anciennes. Or, aux antipodes des idéologies de progrès et d’évolution, fixée sur l’immuable, le Sacré, toute assujettie à une absolue et intemporelle vérité théologique l’architecture médiévale fut sans doute, en Europe, l’une des plus extraordinaire créatrice de formes nouvelles.

      Dès lors que l’on comprend que le renouvellement n’est possible qu’à partir de la permanence, il n’y a plus lieu de s’étonner ni du ressassement épuisé de l’arrogance progressiste, ni de la générosité inventive de la fidélité traditionnelle. « Car le Sacré, écrit Heidegger, est plus ancien que les temps. Ce qui est avant toute chose le premier et après toute chose le dernier est cela qui vient avant tout et maintient tout en lui : l’Inaugural, et comme tel, ce qui demeure. Sa permanence est l’éternité de l’éternel. Le Sacré est l’intimité de toujours, il est le cœur de l’éternel ».

La raison héroïque

      Nulle ne fut plus étrangère, voire hostile, au souci de la permanence que cette école des épigones de Nietzsche et de Heidegger qui, en France, débute avec le « soupçon » à l’égard du Sens de Jean-Paul Sartre et s’achève avec Lacan, dans le paroxysme triomphateur du « signifiant » et la sorcellerie dérisoire des calembours, signes réduits en l’occurrence au pure effet de fascination. Dans cette même mouvance, Barthe et Derrida ne furent pas moins acharnés à défaire la philosophie occidentale, d’origine platonicienne, à déconstruire, à disséminer ou à dissoudre le Sens par le rejet péremptoire de toute philosophie de la conscience ou du sujet.

      Raymond Abellio, qui apparaît aujourd’hui comme l’un des rares continuateurs cohérents de Husserl, sut analyser ces philosophies antimétaphysiques dont l’exigence semble se réduire à la haine de la philosophie elle-même : «  Attitude réductionniste, écrit Raymond Abellio, qui tend à considérer comme impossibles toute connaissance de soi, toute intersubjectivité, à enfermer l’amour, avec Sartre, dans l’alternative de l’orgueil et de la honte, ou encore, avec les psychanalystes, à considérer d’emblée tout être comme un malade incapable de mettre en œuvre quelque verticalité d’assomption que ce soit. Aussi bien, toute aspiration humaine déclarée, tout idéal affirmé, toute prétention eschatologique ou même seulement métaphysique, essayant de tirer l’homme vers ce qu’il croit être sa nouvelle hauteur, se trouvent-ils dès lors systématiquement rabaissés comme entachés d’ignorance et de mensonge, le non-dit, bien plus significatif que le dit, l’insu bien plus important que le su, venant ravaler tout degré réputé supérieur de l’être dans les bas-fonds d’une infrastructure dont seuls ces maîtres du soupçon peuvent alors dévoiler la prégnance, la prééminence, l’interobjectivité ».

Raymond Abellio

       Mise au pillage par des universitaires en manque de vocabulaire et de métaphores, l’œuvre de Martin Heidegger, dont nous avons déjà souligné l’ambiguïté vespérale-matutinale, fut ainsi réduite à n’être que le principal magasin de mots et d’images d’une pensée non point méditante ou encline à emprunter les sentes forestières mais, tout au contraire, acharnée, à des fins précises, à ruiner définitivement l’idée de Tradition. Or, en l’absence de cette fidélité, il n’est plus de culture européenne imaginable d’aucune sorte.

      L’enthousiasme que certains de ces intellectuels à la mode crurent bon de manifester à l’égard de mouvements révolutionnaires anti-européens est, à cet égard, assez significatif. L’Europe était devenue la source de tout mal et le sens de l’histoire ne pouvait être que celui de la disparition de l’Europe. Là encore, la philosophie devenue la proie d’intérêts politiques et de passions idéologiques, renonçait au privilège du regard surplombant et se condamnait à céder la place à la pensée technicienne. Mais sans doute, les philosophies matérialistes n’eurent jamais d’autre sens que d’une diversion destinée à faire accepter aux intellectuels, par une sorte de transition pénombreuse, le renoncement à la pensée méditante ou transcendante et cela au profit d’une nouvelle religion de l’utile qui implique un service sans partage offert aux exigences d’un nouveau matérialisme irrationnel.

Jünger et Heidegger marchand

Ernst Jünger et Martin Heidegger

      Ce matérialisme irrationnel, et non seulement déraisonnable, comme en témoignent les dévastations de l’équilibre écologique, on peut s’essayer à le qualifier de futuriste, de barbare, de décadent, de païen, de moderne ou de postmoderne, il demeure essentiellement, comme nous eûmes déjà l’occasion de l’écrire, le signe de l’échec des dieux et des Anges, le signe de l’échec du monde olympien, céleste, surnaturel, et le retour des titans et des érynies, un monde du chaos, de la vengeance et de la mort, un monde enfin où Kronos s’est substitué à Apollon et où la raison, après avoir cédé la place au rationalisme s’efface dans l’instinct de l’espèce.

      Dès lors que l’on comprend cela, il n’y a plus lieu de s’étonner que le matérialisme, s’étayant tout d’abord sur un usage unilatéral du rationalisme, en soit venu finalement à s’affirmer dans son irrationalité foncière. En effet, si le rationalisme peut être de quelque usage pour « déconstruire » la suprarationalité apollinienne ou pythagoricienne, ce n’est, pour le matérialisme, qu’une étape nécessaire avant l’assujettissement total de l’homme à l’espèce et à la Magna Mater où le rationalisme lui-même doit être aboli. Ainsi se sert-on de la raison pour se déprendre du Logos et, ensuite, de l’irrationalité du signe réduit à lui-même pour se défaire de la raison : il ne reste plus alors que la matière hors de laquelle, disent nos philosophes, point de salut. Sans doute le moment est-il venu de relire, et de méditer, la fameuse conférence de Husserl intitulée La Crise de l’humanité européenne et la philosophie où l’appel d’une raison héroïque s’efforce de préserver l’exigence de la philosophie des « forces » éryniennes qui la menacent à l’intérieur d’une culture de plus en plus encline au naturalisme.

Martin Heidegger Essais et conférences

      L’héroïsme de la raison consiste non plus alors à s’obstiner dans une méthode rationaliste mais à s’interroger sur le principe de raison, sur l’origine même de la raison, et sur la raison de cette raison,- qui devient ainsi suprarationnelle de même que la pensée qui se pense elle-même devient divine. Dès lors que la pensée ne s’efforce plus vers son au-delà, ainsi que nous l’enseigne toute la tradition néoplatonicienne, elle est menacée de retomber en son en deçà, dans cette infra-rationalité où prolifèrent les superstitions. Au sens étymologique, les superstitions sont les signes réduits à eux-mêmes, où le Sens n’a plus sa demeure,- et tel est bien le cas de ce courant qui fut nommé « nouvelle critique », lui-même épigone des jeux de mots oulipistes ou lacaniens destiné à divertir de la vision du vide les intellectuels nihilistes.

      Ainsi donc, si l’en-deçà du rationalisme est une sorte de vivarium confus de « signifiances » larvaires, indécises, floues, indéterminées, insues ou « rhyzomatiques », où l’occultisme alimentaire trouve sa pâture non moins que les théories universitaires du « vide du Sens », l’au-delà du rationalisme est au contraire l’aire limpide d’un héroïsme de la raison qui ne cesse de se reconquérir elle-même,- car dans le domaine de la pensée, de la raison et de l’humain, il n’est rien d’acquis que l’on ne doive encore et sans cesse reconquérir.

L’éclaircie de l’être

      Le lecteur aura compris qu’il n’a point affaire ici à un texte critique sur Heidegger mais bien à une méditation concernant ce dont il est question dans les écrits d’Heidegger. La distinction est d’autant plus importante qu’elle nous donne à comprendre en quoi l’herméneutique diffère d’une analyse, non seulement dans sa méthode, mais aussi dans son dessein. A dire vrai, il nous importe moins d’apporter une interprétation satisfaisante d’une hypothétique « philosophie heideggérienne » que de nous interroger, de nous donner à penser, sur l’être et le Temps, la clairière et la présence. Rien, au demeurant ne saurait aller mieux dans le sens de l’auteur de Sein und Zeit, qui a jugé bon de préciser : « Il n’y a pas de philosophie de Heidegger et même s’il devait y avoir quelque chose de tel, je ne m’intéresserai pas à cette philosophie ».

      Que la pensée de l’être et du temps, réapparue, après une éclipse, dans l’œuvre de Heidegger, nous conduise hors de cette œuvre, voire assez loin de toute production philosophique (et surtout de toute production philosophique « heideggérienne ») cela, certes, devra nous être compté comme un mérite par celui qui garde foi en la précellence de la pensée et de l’expérience de la pensée  : « Trois dangers menacent la pensée, écrit Heidegger, le bon et salutaire danger est le voisinage du poète qui chante. Le danger qui a le plus de malignité et de mordant est la pensée elle-même. Il faut qu’elle pense contre elle-même, ce qu’elle ne fait que rarement. Le mauvais danger, le danger confus est la production philosophique ». Ce rappel suffira-t-il à faire tomber quelques préventions à l’égard de notre cheminement qui, en effet, semble vouloir aller hors des productions philosophiques, c’est-à-dire nulle part ?

Chemins qui ne mènent nulle part

      Nulle part, toutefois, ne veut pas dire n’importe où. La voie est précise, unique, entre toute choisie, élue par amour. Dans le « nulle part » de ce cheminement, qui doit évoquer les sentes forestières, il n’y a rien d’aléatoire. C’est une certitude qui nous guide de ne point retourner au bourg, aux normes sociales et profanes, mais d’aller vers des hauteurs provisoirement inconnues. Au contraire du « n’importe où » qui témoigne d’indifférence, du consentement passif et nihiliste à n’importe quoi, plus rien n’ayant d’importance, le « nulle part » marque le refus créateur d’aller quelque part, en un lieu connu, d’avance délimité, qui impliquerait l’abandon de la recherche avant même d’arriver au but. Qu’à l’exemple des Holzwege nos méditations se refusent d’aller quelque part, qu’elles soient éprises de « nulle part », n’est-ce point là déjà une promesse que le chemin sera long ?

      Il me plaît ainsi de penser avec, devant moi, la transparence d’une belle et presque vertigineuse distance. Quel sens donner au départ et au voyage si déjà nous connaissons la nature exacte du lieu où nous allons arriver ? Notre pensée qui débute ici avec la question de l’être et du Temps, ignore où elle doit arriver. Elle ignore même si elle doit arriver quelque part. Et d’ailleurs, pourquoi arriver ? Cette rage d’arriver quelque part, ces remontrances haineuses que l’on fait à la pensée qui ne mène nulle part, ne sont-elles point le fait d’une inaptitude foncière à la connaissance de l’être ?

      L’être, nous dit Heidegger, est l’éclaircie elle-même. Non point telle ou telle chose, pas même la lumière, mais l’éclaircie. Heidegger nous dit aussi que le langage est la demeure de l’être. C’est en ce sens que le philosophe diffère de l’idéologue. Le premier débute sa carrière en se détachant de toutes les convictions alors que le second débute la sienne en empruntant au philosophe des arguments destinés à légitimer une conviction. L’idéologue sait d’avance ce qu’il veut trouver, il va « quelque part » et ne risque point de s’égarer ni d’aller trop loin. Ce pourquoi dans un monde où la culture est devenue pour l’essentiel journalistique, l’idéologue, par l’efficacité de son discours sera toujours mieux entendu que le philosophe ; il pourra même jouer le rôle du philosophe sans que généralement l’on s’aperçoive de la supercherie. Le pouvoir de l’idéologue reposant sur le journalisme et la culture de masse, on comprend facilement son empressement à vanter les avantages de l’ère de la « communication » sur d’autres époques sommairement qualifiées d’obscurantistes ou d’esclavagistes,- ce qui reste au demeurant un procédé publicitaire, l’après étant toujours infiniment mieux que l’avant. La paresse et l’autosatisfaction y trouvant leur compte on est assuré de n’avoir qu’un nombre infime de contradicteurs.

      Les procédés de l’idéologue désirant consolider son pouvoir sont des plus simples : il s’agit de rendre impossible toute objection à sa toute-puissance en accusant l’adversaire qui s’obstinerait, en dépit des moyens d’intimidation « démocratiques » de n’être rien d’autre qu’un suppôt du diable. Ainsi l’idéologue n’aura de cesse d’avoir réduit au silence les philosophes, les penseurs, les poètes qu’il pille en les accusant d’être les responsables des horreurs du temps. Rien ne séduit autant les idéologues que cette sorte d’amalgame où l’on peut accuser Kleist d’être responsable du pacte germano-soviétique ou Jean-Jacques Rousseau du massacre des Vendéens. Alors que l’idéologue travaille dans le répétitif et le quantitatif, ses procédés étant toujours la simplification outrancière, la généralisation, et son but, le pouvoir, le philosophe, lui, œuvre dans le non-répétitif et le qualitatif, ses voies étant la subtilité et la nuance, et son dessein, la célébration de l’unique souveraineté de l’Esprit.

      Rien en ces temps modernes rien n’est devenu plus étranger à l’homme que cette célébration, ainsi d’ailleurs que toute célébration essentielle. Les commémorations se multiplient, politiques, publicitaires, sportives, tout cela prenant de plus en plus une allure de « variétés »,- mais ces incessants rappels du passé confirment que le passé en question est mort et que seule est réelle la distance qui nous en sépare.

Martin Heidegger et René Char se parlant

Martin Heidegger et René Char

      Tout autre est le sens d’une célébration essentielle. Loin de marquer, fût-ce d’une pierre blanche, la distance qui nous sépare du passé, la célébration essentielle abolit le temps et nous établit immédiatement au cœur du site que nous célébrons. La distance est réduite à l’inexistence, tout se tient au cœur de la flamme célébratrice de la Présence.

      Pour que le présent devienne Présence, il faut que s’élève en lui la flamme d’une célébration essentielle. Célébrer essentiellement dans le présent autre chose que lui, c’est ouvrir le présent et lui donner les dimensions inévaluables de la Présence. Toute célébration essentielle est ainsi une liturgie où la Présence est réelle, comme il se doit, où nous revivons l’événement fondateur qui nous sauve du devenir, de l’insignifiance, de la confusion et de l’usure.

      L’essence de la célébration est dans la Présence de même que l’essence de toute Présence vécue est célébratrice. Ainsi l’unique souveraineté de l’Esprit arde en nous et nous élève jusqu’à l’Ether où notre conscience, de toutes parts traversée de luminations célestes, devient la véritable pierre philosophale… Elevée dans l’Ether, brûlée et illuminée par le feu subtil de l’Ether, la conscience se livre d’elle-même aux puissances transfiguratrices.

La conquête de l’Ether et le secret de la parole humaine

      La conquête de l’Ether par la raison héroïque, le dépassement de la métaphysique, mais par le haut, c’est-à-dire  par une question en amont de toutes celles que le monde nous pose, le dessein ardent de l’esprit d’ascendre aux régions lumineuses,- tel est pour nous le véritable désir philosophique. Et sans doute était-il nécessaire de commencer notre périple par des citations de Trakl et d’Heidegger, aux confins de l’extrême Occident, l’Orient et l’aube demeurant dans le pressentiment du désir.

      « L’âme, écrit Trakl, n’est plus qu’un instant d’azur », de telle sorte que Heidegger peut écrire à son tour : « L’essence de l’âme devenue chant n’est plus dès lors que divination de l’unique dans l’azur de la nuit où s’abrite la profondeur du matin ». Nous comprenons ainsi que la question de l’être, quoiqu’au-delà de toutes philosophies et métaphysiques classiques ou aristotéliciennes, demeure, de toute évidence, au-delà de la physique, et au-delà de ce premier au-delà. Nous comprenons que la métaphysique affirme sa suprématie dans son dépassement : « L’être est le transcendant pur et simple » est-il écrit dans Sein und Zeit et ceci : « L’être est essentiellement au-delà de tout parce qu’il est l’éclaircie elle-même ». De même, nous dirons que le Sens de l’œuvre est le transcendant pur et simple, que le Sens d’une œuvre est essentiellement au-delà toute signification, car il est l’éclaircie elle-même où l’œuvre se manifeste.

      Herméneute soucieux d’exhausser le Sens des ténèbres, notre cheminement risque de paraître quelquefois trop audacieux, voire illégitime, et certains voudront même poser comme une borne à nos méditations cette question : « Mais Heidegger voulait-il seulement dire cela ? » Nulle question ne pouvant faire office d’objection, surtout dans le domaine de la pensée essentielle, toute réfutation, comme le rappelle Heidegger lui-même, étant un non-sens, essayons de comprendre qu’il est plus important de penser les questions que Heidegger nous propose plutôt que d’essayer d’évaluer ce que lui aurait pu ne pas en penser !

Heidegger acheminement vers la parole

      Or, nous dit Heidegger, la mise en relation de l’essence de l’homme et de la vérité de l’être est encore impensée. L’effort que nous pouvons faire pour pressentir cette relation, fût-ce en nous aidant de philosophies antérieures à la philosophie dite moderne, et, en particulier de philosophies « gnostiques » (qui elles aussi, prétendirent, à juste titre dépasser la métaphysique et la conception de Dieu comme « étant suprême »), cet effort me paraît aujourd’hui autrement plus efficient, dans son audace même, que le provincialisme timoré de ces « heideggériens » français, farouchement  attachés à la pensée du Maître et résolus à tenir la pensée par les brides de la plus puritaine rigueur pédagogique .

      Ce qu’il faut penser de cette attitude, Heidegger lui-même nous le dit dans sa belle conférence intitulée Que veut dire penser : « Montrer de l’intérêt pour la philosophie ne témoigne nullement que l’on soit préparé à penser. Même le fait que, depuis de longues années, nous soyons ardents à étudier les traités et les écrits des grands penseurs, ne garantit point que nous pensions ni que nous soyons seulement prêt à apprendre à penser. S’occuper de philosophie peut au contraire, de la façon la plus tenace, entretenir l’illusion que nous pensons, parce que, n’est-ce pas, nous philosophons ».

      Apprendre à penser, ce n’est pas essayer de calculer, d’évaluer la réponse que le Maître eût apporté à la question qu’il pose mais se poser soi-même la question, ou, mieux encore, poser la question en soi et consentir à son déploiement. On se souvient de l’apostrophe de Zarathoustra à ses disciples : « Je ne reviendrai parmi vous que lorsque vous m’aurez tous reniés ». Ce pourquoi, d’ailleurs, Zarathoustra ne revient pas. La tentation de ne pas avoir à penser est plus forte que la tentation de penser. Chacun, certes, revendique de penser par soi-même en formulant des opinions ou en affirmant des convictions, mais ce ne sont que des simulacres et des parodies de pensée. Ce n’est qu’après avoir outrepassé tous les « pour » et tous les « contre » que la pensée retrouve sa région native, qui se nomme « plus haut ! ». Au-dessus de nous, l’inaltérable clarté de l’Ether nous est une promesse de devenir ce que nous sommes de toute éternité et dont un funeste oubli nous sépare. L’oubli est à l’origine de notre déchéance. L’Ether est la transréverbérante clarté de la Toute-Mémoire.

      Mais comment atteindre à cet Ether du ressouvenir total, à cette conquête infinie de soi-même au-delà de soi-même ? La réponse est dans le secret de la parole humaine. Quoique déchue dans son usage quotidien, la parole humaine, si nous osons en réveiller les redoutables puissances, peut redevenir l’impérieuse action philosophale. Mieux que le marc à café, la boule de cristal ou les entrailles d’animaux, les mots humains et divins, sensibles et suprasensibles, détiennent aujourd’hui la clef du secret de l’être.

Les hymnes de Hölderlin par Heidegger

      La notion d’inconscient, telle qu’elle fut utilisée par la psychanalyse, fut sans doute l’un des principaux obstacles aux agissements altiers du secret de la parole humaine. Outre le paradoxe inhérent à toute notion privative (comment parler de ce qui n’est pas encore conscient et comment le dire inconscient dès lors que cela s’impose à la conscience et que l’on peut en parler ?), il ne fait aucun doute que la théorie de l’inconscient fut, jointe aux théories matérialistes et déterministes, l’une des étapes décisives de l’avènement de la force comme antithèse victorieuse à la vérité.  Fidèles en cela aux belles hiérarchies des philosophies néoplatoniciennes ou « gnostiques », nous serions enclins davantage à parler d’une infra-conscience, d’une transconscience, d’une supra-conscience, voire d’une métaconscience, selon des degrés ascendants, allant du banal au divin, en passant par le poétique et le prophétique. Les plus anciennes cosmogonies de l’Inde et de la Perse font également état de cette victoire par étapes, ou par « stations », de l’ordre sur le chaos. Après les errements prométhéens, sans doute le moment est-il venu de retourner vers ce dessein originel et d’y puiser une fraîcheur nouvelle ; sans doute est-il venu le moment d’invoquer un dieu.

      Invoquer un dieu, ce ne doit pas être renoncer à l’humain, tomber dans la déraison mais éprouver à l’extrême, dans ses plus vertigineuses hauteurs et ses plus profondes abysses, le secret de la parole humaine.

      Le secret de la parole humaine est dans cette invocation qui la dépasse et  par laquelle elle se dépasse. Par l’invocation du dieu, la parole humaine se fait divine. Elle conquiert sa plus haute liberté qui s’accorde avec sa nécessité la plus intime. Ainsi le secret de la parole humaine est de se parler à elle-même, de se faire autre en demeurant la même : elle s’exhausse hors d’elle-même comme une source inépuisable. Alors la question n’est plus de savoir si le dieu va ou non répondre à l’invocation. De toute éternité, le dieu est déjà présent dans l’invocation. Une parole humaine vraiment invocatrice assiste toujours à l’éclosion de la divinité. Le dieu naît de la parole qui l’invoque. Cela certes ne veut pas dire qu’il n’existe pas ou qu’il n’existe qu’à partir de la parole qui l’invoque. Le secret de la parole humaine réside justement en son pouvoir à manifester autre chose qu’elle-même. En ce secret sont les fiançailles miroitantes des règnes, le passage entre le mortel et l’immortel. Le secret de la parole humaine, de la parole des mortels, danse immortelle dans le libre Ether.

Arkhè

Luc-Olivier d’Algange, « Notes sur l’éclaircie de l’être », été 1988.