Luc-Olivier d’Algange : « Le Journal de Jean-René Huguenin »

août 11, 2013 dans Nos textes par admin

 

Jean-René Huguenin Journal

« Il est vrai qu’avec une lucidité prémonitoire, Jean-René Huguenin, âgé d’à peine vingt ans, a vu venir le monde de la posthistoire, et diagnostiqué le cancer qui nous ronge. Non pas le mal du siècle ou celui des enfants tristes mais le grand froid qui a saisi nos contrées. « L’enfer, c’est le froid » aimait-il à répéter après son cher Bernanos, c’est-à-dire la glaciation des pays qui n’ont plus de légendes  » (Jérôme Michel)

Ces alentours, au jour le jour, de la vingtième année d’un jeune homme français valent mieux qu’un témoignage sur l’air du temps qui, à beaucoup d’égards, était déjà presque aussi irrespirable qu’aujourd’hui. Peu importe même que ces pages eussent été écrites à la fin des années cinquante et au tout début des années soixante. Leur prestige à nos yeux est dans leur intemporalité même.

S’il existe une vertu de l’extrême juvénilité, elle réside dans la passion de côtoyer ce qui échappe au temps. Ce que désormais on veut nous vendre comme étant « la jeunesse », n’est rien d’autre qu’une décrépitude accélérée, comparable aux effets spéciaux des films d’épouvante. Qui n’a été frappé de voir des enfants, en quelques mois, se transformer en soudards, c’est-à-dire en adolescent « modernes » ? La bêtise, la vulgarité leur tombe dessus d’un seul coup. Je tiens que ce n’est point là une fatalité de l’âge. Cette misère est une misère imposée. Tout, en ces temps « démocratiques », conspire à tuer les qualités les plus nobles et les plus fragiles de l’enfance. La « jeunesse » telle que nous la sert la « communication » est le nom de cet assassinat. Pour demeurer soi-même, il faut une discipline de fer. Tel est exactement le sens de la déclaration inaugurale du Journal de Jean René Huguenin : « Je veux être la Force, la Résolution et la Foi ».

Résister à la vulgarité des occupations laborieuses, ou, pire encore, en proie à quelque distraction programmée, est la chose la plus difficile qui soit. A l’aube d’une vie, il importe de rassembler ses forces, si l’on veut disposer de quelque chance d’échapper à la navrante normalisation. De nos forces de caractère, d’intelligence ou d’imagination, rien, à ce moment crucial, ne doit être distrait du noble dessein. « Etre aventureux, écrit Jean-René Huguenin, ce n’est pas aller loin, c’est aller profond ». Cette exigence détermine certaines aptitudes chevaleresques. Ne pas consentir à l’informe qui est le point de départ des pires conformismes, s’en tenir à l’essentiel, librement choisi, mais farouchement servi : « Ceux qui méprisent leur vie en ce monde la conservent pour le monde éternel. Ceux qui méprisent leur vie en ce monde sont les seuls à avoir jamais vécu. N’y a-t-il rien de plus honteux et dégoûtant que ces existences molles et feutrées, poursuivies par la terreur du risque, ces gens perpétuellement entourés de leur propre sollicitude, de leur propre dévouement comme d’une sueur où ils baignent complaisamment, avec parfois un frisson de répugnance, un recul de dégoût, que la grâce leur envoie l’espace d’un instant, mais qu’ils ne savent reconnaître ni conserver ? »

De belle venue et de grande lucidité métaphysique, ces phrases s’inscrivent dans cette morale héroïque qui récuse l’abominable soumission de l’homme à la vie qui n’est que la vie, c’est-à-dire une triste survie : « Je ne suis pas sur terre pour me ménager afin de mourir plus confortablement. Ma mission d’écrivain et d’homme m’interdit de participer à ces rires qui, sitôt nés, s’évanouissent et laissent place à d’autres rires éphémères. Le goût des choses périssables est sacrilège. Je veux agrandir mon âme de tout ce que je refuserai, consacrer ma vie à affirmer que je suis libre, et mourir dans l’amour des choses qui demeurent ».

Il n’est point de vie humaine digne d’être vécue qui ne débute par une révolte de cette sorte. Révolte non contre l’Autorité, mais bien révolte contre la veulerie, contre l’abandon à la médiocrité. Cette morale de l’individu est le contraire d’une certaine forme d’individualisme qui prévaut actuellement, avec les conséquences que l’on voit. Selon Jean-René Huguenin, l’individu se forge pour inventer quelque idée plus libre et plus haute de la civilisation à laquelle il appartient. La nécessaire ascèse se précise dans un souci politique. Or, c’est précisément ce qu’il y a en nous de grégaire qui nous interdit de servir notre tradition et d’être à la hauteur d’une véritable morale politique.

Certes, le bien et le mal sont indissociables dans le monde tel que nous nous y trouvons, mais cela ne nous interdit pas de choisir le bien, toujours plus subtil, plus léger et plus fragile, contre les pesanteurs titaniques du mal. « Dans les rapports humains, écrit Jean-René Huguenin, le mal croît avec le nombre. Le diable, oui, je crois que le diable a fait de la foule son lieu d’élection ; qu’il se cache dans les replis de la multitude ; qu’il n’ose s’attaquer aux âmes solitaires, mais qu’il parvient à ronger ces mêmes âmes lorsque le bruit, les voix et de nombreuses présences les étourdissent. Et qu’alors il infuse en elles son venin, qui n’est jamais que la médiocrité ».

La guerre contre la médiocrité sera toujours et en toute circonstance une guerre contre le mal. Cette certitude suffit à ranger ceux qui la comprennent, du côté de Léon Bloy, de Villiers de l’Isle-Adam, de Bernanos ; de tous ceux qui dénoncent le leurre abominable selon quoi la médiocrité nous protègerait du mal. La juste intuition de Jean-René Huguenin d’emblée lui désigne le véritable visage de l’Ennemi : le Tiède, dont la ruse consiste à nous faire croire que la commune-mesure, que despotiquement il exalte, aurait quelque ressemblance avec la Juste Mesure qui témoigne de l’équilibre des mondes. Il n’est rien de moins juste que la commune-mesure car elle n’est rien d’autre que l’établissement, par l’usage de la force, de la pesanteur du plus grand nombre. Force de l’état de fait, brutalité sans égale des Masses asservies et jalouses de leur servitude. Que nous reste-t-il alors, sinon la passion du témoignage et la prière ? « Contre le péché, contre la pauvreté d’âme, il n’y a que la prière, il n’y a nul autre recours que l’éternellement victorieuse prière ».

 

Luc-Olivier d’Algange, le 14 avril 2013.