Luc-Olivier d’Algange : « Songeurs et chanteurs : la raison poétique chez Pierre Boutang »

juillet 7, 2013 dans Nos textes par admin

Autre photo de Boutang

             Dans un texte lumineux, intitulé « Sur les traces d’Homère », Pierre Boutang écrit : « Nous ne sommes que des rêveurs, songeurs et chanteurs ». Cette affirmation, rien moins que gratuite, situe d’emblée la méditation de Pierre Boutang, quand bien même elle emprunte les voies du discours didactique, dans la perspective d’un Art poétique. Elle ne se laisse comprendre que si nous faisons nôtre une mystérieuse alliance de la poésie et de la raison. La logique du songeur et du chanteur, la logique de l’Art poétique, refuse à la fois l’alternative, qui nous somme de choisir entre la raison et le chant, et le compromis, à savoir l’hypothèse absurde d’une poésie « raisonnable ».

            Pour Pierre Boutang, comme pour Dante ou pour Maurice Scève, la raison procède de la poésie, et non l’inverse. La raison poétique est la meilleure, car elle est une raison d’être. La poésie ouvre la voie de l’ontologie et de la métaphysique. En amont de la raison (mais non contre elle, comme le préconisaient les Surréalistes qui demeurent là, à leur façon, des positivistes) l’être est l’ensoleillement intérieur du Logos, sa gloire secrète. La poésie est raison d’être, car elle est victoire sur l’oubli de l’être, ressouvenir et pressentiment d’une civilité perdue. Qui entendre et de qui se faire entendre, si le chant ne domine point, si un Songe plus vaste que nous ne nous environne ? Pierre Boutang est poète, car il nous délivre de l’humanisme de la démesure, de l’humanisme outrecuidant.

      Pierre Boutang ontologie du secret

Poète,  Pierre Boutang, nous délivre des fausses alternatives, qui sont le propre du prosaïsme (l’alternative de l’individu et de la collectivité, par exemple). Qu’opposer, sans fanatisme, mais avec fermeté à l’humanisme de la démesure si ce n’est précisément la Mesure éminente et surnaturelle des retrouvailles avec « la simple dignité des êtres et des choses » dont parlait Charles Maurras. L’entendement du poète est semblable à une voûte romane : songeuse et pleine de raison.

            L’œuvre de Pierre Boutang donne confiance : elle ressaisit la pensée avant qu’elle ne soit dévastée par l’écueil nihiliste. Pierre Boutang nous enseigne l’humilité. Or, point d’herméneutique sans humilité. Il faut accueillir en soi (« en soi » et non enfermer dans le Moi, dans la subjectivité) le doux ou violent rayonnement des mots et des choses, le sentiment fugace ou permanent de la présence. Telle est la raison d’être d’une civilité étendue aux plus humbles manifestations, comme aux plus grandioses.

            Délivrée de la subjectivité qui outrecuide, et de la bête de troupeau, l’aventure odysséenne de la pensée débute sous des auspices heureux : « Cette trace que nous suivons, lumineuse dans les mémoires, indistincte sous la poussière des livres, soudain fraîche comme les joues de la belle Théano, est celle de l’Aède divin. Tout ce qui est de lui nous trouble et nous enchante ». L’humilité est de consentir au ressouvenir et au trouble et à l’enchantement. Les retrouvailles de la poésie et de la raison disent ce consentement de la grande âme reçue par la grandeur du monde. L’intelligence n’est pas l’ennemie de l’enchantement. L’exactitude est enchanteresse, elle compose pour nous, à travers nous, un chant dont nous sommes les messagers. Nous traversons notre chant et ses possibilités prodigieuses de pensée comme Ulysse la mer violette, lorsque l’orage menace, que surviennent les éclaircies, que la chance magnifique est offerte.

            Boutang va, à certains égards, plus loin que Maurras. Il nous délivre non seulement de l’illusion de l’individu, il nous délivre de la subjectivité et, mieux encore, des subjectivités agrégées que constituent les « masses » du monde moderne. Nous, c’est-à-dire quelques rares heureux, quelques audacieux « ondoyants et divers », selon la formule de Montaigne. Ce sens de la minorité n’est pas de l’orgueil ; il est l’humilité même, il est la Mesure de la limite agissante de toute parole. C’est folie d’orgueil, démesure maléfique que d’imaginer qu’une parole humaine dût engager dans sa formulation l’avenir de tous les hommes. L’humilité essentielle tient un autre langage, moins flatteur. C’est le langage de l’être lui-même, c’est-à-dire de la possibilité universelle. En toute connaissance de cause, selon la plus harmonieuse et la plus mesurée des raisons d’être, c’est la possibilité universelle qu’il faut sauvegarder. Tel est le sens de la vocation héroïque de Pierre Boutang.

    Pierre Boutang apocalypse du désir

            Pierre Boutang, et c’est tout l’enseignement de son « Art poétique », ne croit pas en la formulation, il croit au silence antérieur, au silence lumineux de la toute-possibilité. Le « nationalisme » de Pierre Boutang ne se fonde pas sur un quelconque idéal « identitaire » (l’atrocité du néologisme trahissant déjà l’impasse de la pensée). Notons, en passant que De Gaulle ne parle pas davantage d’identité française, mais d’Idée, dans un sens platonicien. Certes, la formulation n’est pas hasardeuse, gratuite ou aléatoire, mais elle n’est point le tout. Elle témoigne d’une possibilité souveraine qui la dépasse et que Pierre Boutang nomme la « vox cordis », la voix du cœur : « A la différence de tous les « nationalitaires », écrit Pierre Boutang, comme Fichte, dont procèdent toutes les hérésies allemandes racistes ou national-socialistes, Maurras maintenait l’unité de l’esprit humain et se bornait à reconnaître dans la beauté athénienne, l’ordre romain et la civilisation française classique des réussites presque miraculeuses de l’humanité essentielle ».

            Il ressortira de ce principe, par le mémorable entretien de Pierre Boutang avec Georges Steiner, une théorie de la traduction. Il est pertinent d’interroger l’œuvre d’un philosophe à partir de sa théorie de la traduction. Pierre Boutang ne croit point que la parole humaine et le Logos dussent se réduire à la particularité immanente des langues. Il ne croit pas que le sens séjourne tout entier dans le langage comme un objet à l’intérieur d’un objet. Le genre littéraire que le préjugé moderne considère comme le plus radicalement intraduisible, la poésie, c’est par lui que Pierre Boutang, dans son magistral Art poétique entend démontrer l’antériorité du Sens sur le signe. Tout poème est traduisible car il est lui-même traduit d’une réalité poétique antérieure au langage. La question est cruciale, non seulement pour le linguiste ou le philologue, mais pour le philosophe, voire pour le politique. Dire la possibilité de la traduction, c’est dire la vive tradition. Si la traduction était impossible, si chaque langue était à jamais emprisonnée dans sa spécificité pour ainsi dire matérielle, la subjectivité triompherait et l’universalité deviendrait impensable. La voix que le poète écoute, dont il témoigne, dont sa langue divulgue les splendeurs, est la « voix du coeur ».

Le poète se tient dans le silence royal et sacré, il appartiendra au traducteur d’oser le même séjour, de faire par l’imagination créatrice ce retour au temps et au site excellents où l’image se manifestera, où elle surgira, prompte et souveraine, pour se saisir des mots qui n’attendaient qu’elle pour renaître des écorces de cendre de leurs usages profanes et profanateurs. Croire en la possibilité de la traduction, c’est parier sur l’esprit qui vivifie contre la lettre morte, c’est interroger la lettre, la prier, l’exhorter, la ravir amoureusement jusqu’à ce qu’elle cède et révèle la lumière incréée. Les lettres qu’écrivent les poètes sont des lettres de feu ; elles scintillent dans les ténèbres avant d’être de nuit d’encre sur le papier. Elles sont la trace lumineuse, la trace de la lumière qui, hors d’elle, retrace dans l’entendement du traducteur, un autre poème, qui est le même.

    Pierre Boutang George Steiner Dialogues sur le mythe d'Antigone et le sacrifice d'Abraham

            La traduction, pour Pierre Boutang est une résurrection, non seulement de l’esprit du poème mais aussi du corps et de l’âme du poème. Si la traduction est possible, elle l’est dans sa plénitude. Là encore se tiennent dans une même clarté la raison et la poésie. Le traducteur ne fait pas seulement passer ce qui, du poème, serait raison, en laissant derrière lui comme un bien précieux mais intransmissible, ce qui ne serait que « poétique ».  Le traducteur qui trouve « l’accès au sans accès » du poème, reconnaît, par son aventure même, que l’abstrait et le concret, ou, plus exactement, le sensible et l’intelligible, ressuscitent ensemble car le point d’où le poète et le traducteur les considèrent est le même et qu’il précède leur distinction. Ce n’est que du point de vue du sensible que l’intelligible et le sensible sont distincts. La vox cordis dit leur unité essentielle.

            Ainsi, celui qui comprend le mystère de la traduction s’ouvre au Mystère plus haut de l’Incarnation et fait sienne la fidélité, si audacieuse et si novatrice en notre fin de siècle cynique et dérélictoire, qui relie l’œuvre de Pierre Boutang à la Théologie médiévale. Tel est le sens de la traduction qui ne peut être compris ni par une banale « perspective historique » ni certes par l’abusive et mensongère immobilité de « l’identité », mais bien par ce mouvement de la pensée qui suit le mouvement de la rosace. Le lecteur qui médite l’œuvre de Pierre Boutang est conduit par un tel mouvement. Peu importe la discipline dont la pensée emprunte le cours pourvu qu’elle revienne au terme de sa course à la vox cordis qui la vivifie, au cœur de la rosace méditée.

Luc-Olivier d’Algange

« Songeurs et chanteurs », Lux umbra dei, éd. Arma Artis.

Pierre Boutang Dossier H