« L’aveuglement, tropisme intello », par Jean-Gérard Lapacherie

Deux journalistes, Bacqué et Chemin, ont publié un livre, pardon un bouquin, traitant de la commune de Trappes (un peu plus de 32000 habitants, dans le département favorisé et nanti des Yvelines) et auquel a été donné pour titre La Communauté. Dans le titre, le nom communauté est employé absolument, seul, sans adjectif, ni complément qui le déterminerait ; ou, pour dire les choses avec plus d’exactitude, l’adjectif et le complément attendus, à savoir islamique et des vrais croyants, ont été volontairement omis, ce qui masque de fait les réalités désagréables désignées par Communauté.

La communauté n’a pas d’existence juridique en France, sinon sous la forme de communauté de communes ou de communauté d’agglomération, ce que Trappes n’est pas, cette commune faisant seulement partie d’une communauté d’agglomération, celle de Saint-Quentin en Yvelines. Depuis plus de deux siècles, le seul régime qui ait donné ou tenté de donner une existence juridique aux communautés est l’Etat Français, le régime mis en place à Vichy au lendemain du 10 juillet 1940. Tout compte fait, il n’est pas si étrange que cela pourrait le sembler que deux journalistes, très bien pensantes et même plus (si tant que cela soit possible), écrivant (comme des pieds) dans un quotidien encore mieux pensant qu’elles, aient chanté les vertus, non pas d’une communauté, mais de la communauté, reprenant à leur compte, sans distance, ni dérision, ni la moindre esquisse d’esprit critique, le verbiage de l’islam politique, dont le seul horizon, ici et maintenant, est justement la Communauté, c’est-à-dire l’organisation politique réunissant les seuls vrais croyants (malheur à ceux qui ne le sont pas) et que les musulmans nomment dans leur langue sacrée oumma. Autrement dit, Bacqué et Chemin se réjouissent de la pire des catastrophes qui mènent la France à l’abîme, à savoir la constitution sur le territoire qui est juridiquement celui de la France depuis un millénaire d’une entité politique dont les fondements sont contraires aux lois et aux valeurs du peuple français et qui est ouvertement hostile à la France.

En juin 1940, c’est la perte d’une bataille qui a fait basculer trois départements dans le Troisième Reich, obligeant des Français à vivre sous l’empire d’une puissance étrangère. De 1981 à aujourd’hui, pendant près de 40 ans, la France n’a pas subi de défaite humiliante, et pourtant des parties du territoire, Trappes n’étant pas une exception, ont basculé dans l’oumma et sont devenues des fractions du Grand Etat islamique, celui qui est fondé sur la seule charia ou loi de l’islam. A quoi bon envoyer des soldats français se faire tuer en Afrique ou au Proche-Orient pour combattre l’Etat islamique, quand se constituent en France, et avec l’approbation tacite des autorités, de mini Etats islamiques ? La vie des Français aurait-elle moins de valeur que celle des Maliens ou des Syriens ?

Ni Bacqué, ni Chemin, ni l’éditeur Albin Michel, ne semblent désapprouver cet état de fait, ni même s’en inquiéter, s’accommodant du pire sans réserve, ni haut-le-cœur. La communauté des vrais croyants ne rassemble, est-il besoin de le préciser, que des vrais croyants ; elle exclut ceux qui ne croient pas ce qu’il faut croire ; non seulement elle les exclut, mais elle les discrimine et même les persécute ou fait en sorte qu’ils déménagent. Elle est raciste, discriminatoire, xénophobe (sont étrangers les non croyants) et elle pratique l’apartheid. Voilà l’horizon dont deux journalistes, femmes qui plus est, présentent comme le seul avenir possible pour la France.

Nihil novi sub sole, pourrait-on dire. Pendant tout le XXe siècle, on a lu les  mêmes délires. Les récits de voyages en terre inconnue ont été, pour les intellos confits en dévotion nazie ou marxiste léniniste ou tiers-mondiste ou islamique, des occasions d’aveuglement, de déni du réel, de désinformations, de mensonges, de manipulations, l’URSS, le Reich, la Chine, le Cambodge, l’Algérie, Cuba, etc. ayant été maquillés pendant un siècle en villages Potemkine. Le pieux pèlerinage est un des classiques de l’intelligentsia. Bacqué et Chemin ont de qui tenir.

Par rapport à la Chine, Cuba, l’ex-URSS, le Kampuchéa, etc., les Etats islamiques qui se sont constitués en France depuis le règne de Mitterrand ne présentent que des avantages et le premier de ces avantages est la proximité immédiate. Il n’est pas nécessaire de prendre l’avion, le bateau ou le train pour s’y rendre. L’exotisme à vingt minutes de chez soi (le VIe ou le IVe arrondissement), ce sont les Nouvelles Frontières. On échappe au mal de mer, aux désagréments du décalage horaire et à la turista ; on prend le RER ou un TER et on peut goûter aux beautés de la charia, et momentanément sans les égorgements et les décapitations d’infidèles : ces beautés, c’est pour plus tard.

Jean-Gérard Lapacherie

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :