La chronique anachronique d’Hubert de Champris : « L’odyssée d’Homair »

« L’odyssée d’Homair », ou comment le tourisme de masse est malgré tout soluble dans la civilisation ? Tel pourrait être le sous-titre de cette petite défense et illustration de la vogue du mobil-home.

Les fondateurs du Club Méditerranée (les mêmes qui introduisirent en France la mode du yoga) – on ne le sait guère – avaient dans l’idée de prendre l’exact contre-pied des camps de concentration : sea, sex and sun. Aujourd’hui a-t-on à cœur non seulement de ne souffrir de rien mais de n’être en rien gêné aux entournures. Le principe de précaution appliqué en matière de tourisme et de vacances commande du dur face aux intempéries. L’avez remarqué : les cours de nos fermes sont à présent exemptes de bouses et purin. Et bien, c’est le même objectif qui, à l’origine, préside à l’engouement pour le séjour en mobil-home. Nous ne sommes n’est-ce pas plus des scouts et avons déjà suffisamment pataugé dans la boue. Et puis aussi, il y a semble-t-il aussi ce souci esthétique d’intégrer les habitations dans le paysage : ces barres horizontales, de couleurs variées tout de même pour qu’elles ne se confondent pas trop à une France constellée de bases américaines, s’intègrent, à la différence des caravanes, assez bien dans le paysage. Et puis, et puis, il y a nos fameux jeunes, ces adultes grands adolescents attardés souvent très férus de sports :  il leur faut là aussi du sport à domicile, et le mobil-home, de domicile – surtout lorsque vous louez en moyenne ou basse saison un premium de chez Homair– en est bien un, confortable, fonctionnel, qui vous offre tous les avantages du séjour en dur tout en bénéficiant de la souplesse du camping. Vous pouvez parfaitement vous abstraire de l’esprit club de vacances et n’en faire qu’à votre tête en tirant à l’arc, en jouant au tennis, en squattant, vous les jeunes, si vous êtes footballeux, les pelouses. Vous pouvez créer votre univers tout en vous rassurant, en vous raccrochant à des infrastructures, à une logistique. N’oublions pas non plus que nos voisins européens se sont civilisés depuis…disons une dizaines d’années. Nous pensons bien sûr à nos amis bataves, omniprésents comme on le sait dans nos contrées, qui ont fait du moins l’effort de paraître adopter nos mœurs latins. (Comme les britanniques et les allemands, ils ne font pas de bruit). Vous l’avez ainsi compris : vous pouvez adopter ponctuellement le principe d’un séjour vacancier stable en mobil-home à condition de bien choisir le prestataire. Comme nous ne cherchons qu’à vous aider, nous vous livrons un secret que l’altruisme nous enjoint donc de ne pas garder : Homair est le nom de ce secret. En lui pourrez-vous concilier le tourisme, les vacances de masse faible avec votre singularité de français qui tient à préserver son quant-à-soi, si ce n’est son intimité. Tenez, nous avons déniché le beau cadre des hauteurs d’Houlgate aux si envoûtantes et hautes villas. Justement, c’est une hollandaise francisée – et pour ainsi dire franchisée Homair – qui gère et supervise avec le tact et l’efficacité d’un concierge de palace les home Homair du camping-village d’Houlgate (à moins que vous n’optiez pour celui situé dans les Gorges du Verdon), en particulier les structures premium que nous vous recommandons. Recommandez-vous du même pas des fondateurs d’Homair, les jeunes et dynamiques Faucher de Battisti,  Schaepelynck et Lecoutre. Laissez vos jeunes débattre et s’ébattre dans une verdure alentour propice à la pratique sportive, profiter d’une vaste piscine et de tout le fun et dites-vous que vous avez le droit de sortir du camp, de vous baigner en mer à dix minutes de marche, de vous encanailler au casino, de parcourir vingt km à pied pour conclure la boucle Houlgate-Villers s/Mer, retour à marée basse par la plage, en trois heures, d’aller même au culte dans le beau temple en briques d’Houlgate tenu par les évangéliques, si vous êtes d’obédience protestante. Bref, avec Homair, vous n’aurez plus honte de vous sentir touriste dans votre propre pays et aurez-vous même la surprise de vous découvrir moins modérément démocrate.

Hubert de Champris

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :