Critique du « Temps de l’étoile » de Ramu de Bellescize, par Hubert de Champris

octobre 10, 2013 dans Nos textes par admin

Le temps de l'étoile

Ramu de Bellescize, Le Temps de l’étoile, Terriciae, 352 p., 18 €.

Fils d’un conseiller d’Etat honoraire de la guerre des idées (si tant est que derrière toute décision de justice et application de norme se cachent des idées bien terre à terre ou, à l’inverse, terre à ciel, selon l’immémorial combat qui oppose le droit positif au droit naturel) et d’une agrégée de droit public, professeur des Universités, Ramu de Bellescize a de qui tenir et le tient plutôt bien. Lui-même professeur de droit, il s’était distingué en 1999 par un essai pas assez remarqué qui prédit la fin de l’Union européenne sous forme de coup de grisou (1). Fusse un « premier roman », Le Temps de l’étoile n’est pas le livre d’un romancier en herbes car, comme dirait ma concierge, voilà une prose déjà jaunie sous le harnais d’une certaine maturité spirituelle. Dans un autre temps (et, il se pourrait, un autre espace-temps post-nucléaire), nos deux héros, cheminant de conserve – ou, plutôt, de concert puisque les déambulations qu’elles soient physiques ou métaphysiques s’accompagnent souvent de l’audition d’une certaine « musique des sphères » – passent et repassent en mémoire l’ère, l’aire qu’ils ont dû laisser là-bas au loin. Nous tenons en cet ouvrage qui ne paie pas de mine, mais qui nous livre le visage du futur, le pendant mystique de l’essai sus-visé, et de quoi entretenir la fibre très sensitive d’un Pierre Magnard, d’un David Mascré (pour marier les générations), en somme de tous ceux qui carburent à l’invisible. Ou comment, fidèle à Péguy et alchimiste fécond, Bellescize transmue la politique en mystique, la scatologie en eschatologie et, comme sa signature, pose une discrète mais non moins belle cerise sur le gâteau trop souvent défait de la littérature contemporaine.

 Note

(1) Comment rétrécir la France en plus grand ?- A propos de quelques dommages collatéraux de la « construction » européenne sur la France –, éd. François-Xavier de Guibert.