Articles

Mai 68, le grand carnaval parisien (III)

– Les pensées pros — et anti-68
– Vers la fin de l’Europe ?

V. — LES PENSÉES PROS — ET ANTI-68
Voyons maintenant les interprétations des pensées de 68. Disons bien les pensées de 68 et non pas la pensée de 68, car, en dehors des acteurs réels

Mai 68, le grand carnaval parisien (II)

– La revendication de « la liberté sexuelle » a été le déclencheur
– De jeunes révolutionnaires devenus de vieux notables ou la loi de fer de l’oligarchie
 
III. – LA REVENDICATION DE « LA LIBERTÉ SEXUELLE » A ÉTÉ LE DÉCLENCHEUR
Examinons maintenant brièvement la chronologie des événements qui ont précédé

No Thumbnail

« Pitié pour les ourses », par Sylvain Pérignon

Pas de pause pour le combat des ligues de vertu. Des pétitionnaires demandent actuellement  au gouvernement d’introduire dans le Code de déontologie médicale l’interdiction pour un médecin d’avoir une relation sexuelle avec les patients dont il a la charge.

PROMOUVOIR LE FRANÇAIS ? INSPIRONS-NOUS DE L’ESPAGNE !

Agrégé d’espagnol et ancien élève de l’École normale supérieure (ÉNS) de Lyon, Nicolas Klein est actuellement professeur d’espagnol. Spécialiste de l’Espagne contemporaine, il est l’auteur d’un livre intitulé Rupture de ban — L’Espagne face à la crise (Perspectives libres, 2017) et le traducteur d’Al-Andalus :

« L’enterrement de Guy Dupré », par Hubert de Champris

A l’instar de celui de Victor Hugo, la relation des obsèques d’un grand écrivain est presque en soi un genre littéraire, et un genre qui se perd. Certes moins connu qu’Hugo, et au croisement de la rubrique nécrologique et mondaine, les obsèques religieuses de Guy Dupré, écrivain français majeur de la seconde moitié du XXème siècle, résonnent aussi comme l’enterrement de l’Ancien Monde.

La chronique anachronique d’Hubert de Champris

Son image est protectrice, sa chair possède des vertus thérapeutiques comme le lait de sa femelle, ses bois comme ses crocs sont des talismans et des porte-bonheur, des habits rituels sont taillés dans sa peau. Il est sacré, vénéré, aimé…mais chassé et mangé.