Médias

Du Goncourt et du Renaudot 2017

La réflexion qui suit ne porte pas sur le récit qui a obtenu le prix Goncourt cette année, ni sur le roman couronné du Renaudot, que l’auteur de ces lignes n’a pas lus, ni n’a l’intention de le faire, n’ayant aucune inclination pour les navets, fussent-ils cultivés avec amour par des maraîchers de métier. Elle ne porte pas non plus sur les jurés qui ont accordé à ce récit et à ce roman un prix qui vaudra à leur auteur bonne renommée et ceinture dorée, ni sur une des maisons de commerce distinguées qui appartient à Mme le ministre de la Culture, celle-là même qui chapeaute, de loin certes, les prix.

Les combats pour la langue de Kamel Daoud

L’écrivain algérien de langue française, Kamel Daoud, veut se réapproprier les mots et les significations que ceux qu’il appelle islamistes et qui sont d’abord des musulmans ont confisqués à leur seul usage, et cela dans le seul but d’asseoir leur pouvoir sur les esprits. Maîtres des mots, ils sont maîtres du monde ou, pour dire les choses avec plus d’exactitude, en se faisant obéir des hommes, ils soumettent la langue à leur pouvoir – totalitaire, cela va mieux en le disant.