La chronique anachronique de Hubert de Champris

Dr. Patrick Theillier, Expériences de Vie imminente, Artège, 260 p., 18 €.

Dr. Jean-Jacques Charbonier, Devenir hyperconscient, Guy Trédaniel éditeur, 216 p., 18 €.

Emmanuel Ransford, La conscience quantique de l’au-delà, Guy Trédaniel éd.,23 €.

Deux ouvrages qui, philosophiquement, théologiquement et, pour tout dire, religieusement s’opposent et se contredisent sans tenter de dire vraiment, moins encore d’approfondir les motifs de leur désaccord fondamental ; deux livres qui traitent du même domaine : la vie après le trépas, l’au-delà ; deux témoignages écrits par deux médecins, le premier, ancien responsable du Bureau des constatations médicales de Lourdes, le deuxième, anesthésiste-réanimateur. Le premier vise son confrère : « une figure de proue de la recherche sur les EMI [expérience de mort imminente] (qui) organise régulièrement des sessions d’autohypnose pour communiquer avec les défunts. » Et de déplorer : « nous assistons effectivement à une recrudescence du spiritisme, avec quelques bribes de physique quantique pour conférer une coloration ‘‘scientifique’’ à ces pratiques » tandis que Charbonier allègue pouvoir déduire de sa propre expérience et de celle des autres « expérienceurs » (terme aujourd’hui accepté) le fait de la réincarnation. Theillier, lui, à l’inverse, donne des témoignages de vérification par nombre des ces expérienceurs de la validité de moult notions, acceptions, vérités de foi – vous choisirez le mot qui vous agrée – de la foi chrétienne, en particulier (Paradis, Purgatoire, enfer), la toute première de celles-ci étant l’éclat, inconcevable ici-bas, de l’amour de Dieu.

Il convient dans les siècles à venir d’étudier scientifiquement la nature de l’état des personnes dans cette autre dimension dont nous ne pouvons même seulement imaginer la qualité de cette ‘‘autre’’.

Il est possible, – en tous cas est-ce là une piste – que nous n’ayons pas affaire systématiquement au même état 1/ lorsqu’un expérienceur, guidé par Charbonier, entre dans ladite dimension, 2/ lorsqu’on revient d’une EMI, la réalité dont il est témoigné dans une EMI (même dans le cas d’une EMI infernale) semblant tout à fait différente de celle captée et vécue dans une séance d’autohypnose à visée régressive (lesdites vies antérieures). Les disputes religieuses à venir intégreront et parfois même tableront sur ce que nous appellerons le constat doctrinal ou dogmatique des expérienceurs pour défendre leurs positions respectives. L’état de la matière tel qu’il nous donné à voir à l’échelon des particules subatomiques permettra-t-il d’élucider les constats et déductions divergentes de chacun des deux camps ? Le caractère éternel de cet état quantique de la matière/conscience – soit notre corps/âme – est défendu par la physique quantique. Nous renvoyons à ce sujet (et à tous ceux connexes) à notre critique du précédent livre d’Emmanuel Ransford. Avec sa notion d’holomatière (qui est une holopsyché), il propose un modèle qui se rapproche mais n’équivaut pas aux grandes constatations de la doctrine chrétienne. Il est toutefois fort probable que, plus que jamais, physique et métaphysique vont chercher à s’enrôler, à se cajoler mutuellement pour tenter de donner (c’est le cas de le dire) corps et âmes à leurs prétentions respectives (mais conjointes) à dire la vérité.

Hubert de Champris

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :