Les falsificateurs de l’histoire et le mythe d’al-Andalus

Faut-il répondre aux attaques insidieuses, aux violences verbales, aux débordements de haine des historiens polémistes qui contestent l’existence du mythe d’al-Andalus? Pour ma part, j’ai toujours préféré le silence réprobateur à la polémique partisane estimant que celle-ci ne mène à rien et qu’elle est une perte de temps. Mais une fois n’est pas coutume et je me sens aujourd’hui le devoir d’éclairer le lecteur qui se laisserait abuser de bonne foi par le discours captieux et malveillant de quelques spécialistes ou prétendus tels.

J’ai contribué à faire connaitre en France les travaux démythificateurs et démystificateurs de trois grands spécialistes du sujet, deux Espagnols et un Américain: d’abord, Serafín Fanjul, arabiste, professeur de littérature arabe, membre de l’Académie royale d’histoire, auteur d’Al-Andalus contra España (2000) et  de La quimera de al-Andalus (2004), publiés dans l’Hexagone en un seul volume sous le titre Al-Andalus, l’invention d’un mythe (2017) ; ensuite, l’Américain Darío Fernández Morera, professeur de littérature romane et hispanique, auteur de The Myth of the Andalusian Paradise (2015) [en français : Chrétiens, juifs et musulmans dans al-Andalus (2016)], et, finalement, Rafael Sánchez Saus, professeur d’histoire médiévale, ex-doyen de faculté et recteur d’université, membre de l’Académie royale hispano-américaine, auteur d’Al-Andalus y la Cruz (2016) dont la traduction vient d’être publiée sous le titre Les chrétiens dans al-Andalus. De la soumission à l’anéantissement (2019).

J’ai écrit les introductions des livres de Serafín Fanjul et de Rafael Sánchez Saus et Rémi Brague, spécialiste reconnu de philosophie médiévale, a bien voulu préfacer l’ouvrage de Dario Fernández Morera dès que je lui ai appris son imminente publication en français. J’ajoute que bien sûr d’autres ouvrages mériteraient d’être traduits, notamment Acerca de la conquista árabe de Hispania. Imprecisiones, equívocos y patrañas (2011) [Autour de la conquête arabe. Imprécisions, équivoques et supercheries] (2011) du professeur d’études arabes et islamiques de l’Université de Salamanque Felipe Maíllo Salgado qui, je l’espère, ne tardera pas à trouver lui aussi un éditeur français.

Ces trois livres publiés récemment constituent autant de jalons définitifs dans la démythification de l’histoire d’al-Andalus. Ils sont distincts par leurs approches et leurs méthodes mais aussi en raison des expertises différentes de leurs auteurs et ils se complètent parfaitement. Serafín Fanjul analyse minutieusement l’idée du caractère paradisiaque ou de l’Eden terrestre d’al-Andalus puis les survivances « arabes » ou musulmanes qui seraient prétendument passées d’al-Andalus à l’Espagne et auraient modelé le caractère espagnol. Le second, Darío Fernández Morera, examine les pratiques culturelles concrètes des communautés musulmanes, chrétiennes et juives sous l’hégémonie islamique, en les comparant avec d’autres cultures méditerranéennes, plus particulièrement avec celles de l’Empire chrétien gréco-romain ou byzantin. Le troisième, enfin, Rafael Sánchez Saus, étudie le sort des chrétiens d’Afrique du nord et d’Espagne : l’irruption de l’islam et la constitution de l’Empire arabe, la conquête et la naissance d’al-Andalus, les premières réactions des chrétiens, le régime d’oppression de la dhimma, la soumission, la collaboration, l’orientalisation et l’arabisation, le mouvement des martyrs, la résistance, la révolte, la persécution et l’éradication finale des chrétiens d’al-Andalus.

Le mythe d’al-Andalus est évidemment nié, contesté, voire dissimulé, non seulement  par des militants extrémistes mais aussi par des universitaires soucieux de défendre leur pré carré. Ce mythe c’est l’idée du « Paradis perdu », de « l’Âge d’or » ou de « l’Eden », soutenue par une infinité de textes arabes, mais tout aussi chérie par bon nombre d’européens. En contrepoint, on trouve la notion, non moins omniprésente, de la menace du monde chrétien qui est qualifié d’ignorant, brutal, barbare, intolérant, militariste et… européen. C’est l’idée d’un islam tolérant, avancé ou « progressiste » avant la lettre, reprise par nos contemporains soucieux de démontrer le caractère ouvert, modernisateur et tolérant de l’islam. C’est la vision « iréniste » de la coexistence harmonieuse des trois cultures d’al-Andalus, si répandue, qu’il est devenu presque impossible de la corriger. Une sorte de dogme imposé en dépit de toutes les recherches historiques de spécialistes rigoureux et désintéressés qui ont démontré le contraire.

Ce mythe d’al-Andalus est actuellement répandu par trois catégories de personnes. Premièrement, par des hommes politiques et des journalistes, qui sont parfois de bonne foi et/ou ignorants mais plus souvent opportunistes (ceux-là craignent la censure du « politiquement correct ») ; deuxièmement, par des exaltés ou des islamophiles extrémistes ; enfin, troisièmement, par des universitaires conformistes qui défendent bec et ongles leurs intérêts corporatifs. C’est plus particulièrement dans les deux dernières catégories que se recrutent les plus virulents polémistes contre les travaux de Fanjul, Fernandez Morera, Sanchez Saus et généralement contre tous les auteurs qui critiquent ce mythe.

Les plus exaltés sont souvent des partisans de la thèse fantaisiste selon laquelle les Arabo-musulmans n’auraient jamais envahi militairement l’Espagne. Cette thèse cherche indirectement à montrer que le catholicisme est une religion étrangère à l’Espagne. Elle aurait été, disent-ils, répudiée par les habitants de l’ « Hispanie », et n’aurait triomphé, par la force et la violence que quelques temps avant la présence musulmane. Elle a été développée à la fin des années 1960 par le paléontologue Ignacio Olagüe (qui avait été membre des JONS dans sa jeunesse, le mouvement politique national-syndicaliste de Ramiro Ledesma Ramos). Elle est reprise aujourd’hui par les nationalistes andalous et notamment par le philologue néo-marxiste, professeur de l’Université de Séville, Emilio González Ferrín.  Dans la même ligne, on peut citer les travaux de l’orientaliste et théoricienne de l’Universalisme unitarien, Sigrid Hunke qui avait travaillé dans sa jeunesse pour la SS (Institut de recherche Ahnenerbe). Partisane du néo-paganisme national-socialiste, apologiste de l’islam, « religion virile contre la religion chrétienne des esclaves efféminés », elle considérait que l’héritage arabo-musulman de l’Occident était plus direct voire plus important que l’héritage gréco-romain. Ces thèses, ou plutôt ces élucubrations, ont autant de crédibilité que celles qui font des extraterrestres les constructeurs des pyramides.

Dans la seconde catégorie, celle des universitaires conformistes, parfois figés et routiniers voire rétrogrades, on trouve un bon nombre d’arabistes, d’anthropologues et quelques médiévistes. Ainsi l’anthropologue antisioniste José Antonio González Alcantud, ne craint pas le ridicule en affirmant que « Les négationnistes du lien andalou emploient des méthodes semblables à celles des négationnistes de l’Holocauste » (voir son livre : Al Ándalus y lo Andaluz, 2017).  Mais on doit citer ici surtout un exemple archétypal, bien qu’il s’agisse d’un parfait inconnu hors d’Espagne, celui de l’historien de l’Université de Huelva, Alejandro García Sanjuán (Voir ses recensionsdans Historiografías, 12, juillet-décembre 2016 et dans Les cahiers de civilisation médiévale, CESCM, juillet-septembre 2018). García Sanjuan s’oppose avec véhémence aux tenants de la thèse « catastrophiste » qu’il qualifie d’« espagnoliste », de « nationale-catholique », ou de « franquiste ». Il a pour bête noire les historiens qui utilisent les notions d’ « invasion » arabo-musulmane et de Reconquista / Reconquête, parce qu’elles sont – selon lui – associées « à une idéologie déterminée ». Amateur de polémique, nostalgique d’une Andalousie supposée « communautariste », affichant ouvertement ses préjugés, García Sanjuán laisse libre cours à ses trois obsessions ou phobies : le christianisme, l’Église et la Nation.

Accumulant clichés et jugements de valeur, incohérences conceptuelles et platitudes présentées avec emphase, il se situe finalement en dehors de la connaissance historique. Les nations, dit-il avec élégance, « naissent, comme les hommes couvertes de sang et de merde » ; l’ « épisode » (sic !) des martyrs de Cordoue est sans importance parce qu’il n’est pas mentionné dans les sources arabes (sic !) ; la dhimma doit être resituée dans son contexte pour comprendre « sa vraie nature », son caractère protecteur (sic !) qui, évidemment, était « très distinct » de l’ « apartheid  authentique » pratiqué par les États-Unis au XIXe siècle et par l’État d’Israël encore aujourd’hui. Feignant de s’étonner qu’on ne parle pas « d’invasion catholique d’al-Andalus », García Sanjuán sombre dans la plus puérile et superficielle défense corporatiste lorsqu’il prétend que la mythification de la « tolérance andalouse » aurait été minime chez les arabistes et que ces derniers auraient été bien plus habitués à l’autocritique que les médiévistes. En résumé, un modèle de pseudo-histoire dénigrante, infamante et vindicative.

Idéologue sans vergogne, Sanjuan affirme que l’œuvre de Fanjul se « rattache directement à la montée actuelle du fascisme au niveau international », ce qui ne manque pas de saveur lorsqu’on sait que le célèbre académicien et arabiste est un ancien communiste, un antifranquiste notoire, un agnostique qui, à ce jour, n’a jamais été mêlé ni de près ni de loin à l’extrême droite ou aux populismes européens. Mais qu’importe, tout est bon pour décrédibiliser son adversaire ; García Sanjuan s’en prend donc aussi au passage, non pas à mon introduction au livre du prestigieux académicien – l’absence et la pauvreté de l’argumentation étant chez lui la règle -, mais directement à ma personne.

L’anecdote est révélatrice de l’agressivité, voire de l’esprit de la Tcheka qui anime cet auteur et qui malheureusement contamine aussi de petites publications universitaires. C’est un modèle parfait de manière tendancieuse, partielle et partiale de rapporter les faits. Il est sidérant de devoir rappeler à un universitaire, qui soi-disant se réclame des Lumières (un courant qui, il est vrai, n’a jamais été que la convergence de tendances idéologiques distinctes, contradictoires et souvent opposées), que l’enseignement de l’histoire consiste moins à présenter des vérités incontestées que des hypothèses contestables, à éveiller des curiosités, plus qu’à donner des certitudes définitives sur le passé. Mais fermons le ban !

Reprenons les propres mots de García Sanjuan : « La présence de ce texte dans le travail de S. Fanjul doit être considérée comme un fait très significatif » écrit-il. « Apparaissant (sic !) comme membre correspondant de l’Académie royale d’histoire Espagne », l’auteur A. Imatz s’est fait connaitre dans la péninsule, « par sa présence dans des réseaux tels que la Fondation José Antonio du nom du fondateur de la Falange Española, principal parti politique fasciste espagnol ». On voit bien sûr où il veut en venir. Quelques précisions et éclaircissements s’imposent donc ici pour répondre aux semi-mensonges et demi-vérités de ce néophyte en matière d’histoire des idées politiques.

D’abord, García Sanjuan omet bien évidemment de dire que je suis l’auteur d’une thèse de doctorat d’État sur la pensée politique de José Antonio Primo de Rivera (1975), qui m’a valu en son temps une mention très honorable, les félicitations unanimes du jury et une recommandation officielle pour son édition. Je rappelle au passage à ce professeur ignorant ou de mauvaise foi (on ne sait ?) que le national-syndicalisme josé-antonien était plus proche du non-conformisme personnaliste français ou du Fianna Fáil irlandais que du fascisme italien et que les témoignages d’estime et de respect pour le jeune et très chrétien avocat madrilène, exécuté après une parodie de procès en 1936, sont légions (Il existe pas moins de 1000 témoignages qui proviennent de contemporains et de compatriotes aux sensibilités et convictions très diverses tels ceux des libéraux, socialistes et anarchistes Miguel de Unamuno, Salvador de Madariaga, Julián Zugazagoitia, Félix Gordón Ordás, Indalecio Prieto, Teodomiro Menéndez et Diego Abad de Santillán ou des écrivains Federico García Lorca et Rosa Chacel). En Espagne, cette thèse a fait l’objet de quatre éditions dont trois préfacées par l’un des plus grands économistes espagnols, membre de l’Académie royale des sciences morales et politiques, président de la Société royale de géographie, Juan Velarde Fuertes. Ce dernier a bien été un phalangiste… mais il y a plus de 50 ans, dans les années 1960 (N’importe quel connaisseur du thème sait par ailleurs que nombre d’Espagnols se déclarent josé-antoniens sans être pour autant phalangistes ou national-syndicalistes).

En ce qui concerne la Fondation culturelle José Antonio Primo de Rivera, il n’est pas inutile de rappeler que son président d’honneur, Miguel Primo de Rivera y Urquijo, neveu de José Antonio, a été une figure clef durant la transition démocratique en raison de sa proximité et de son amitié avec le roi Juan Carlos I et que son influence a été déterminante pour qu’Adolfo Suarez devienne le premier président du gouvernement dans l’Espagne démocratique. J’ai en effet une relation amicale avec l’un des membres de cette Fondation, le professeur Cansino, qui vient de se voir attribuer la chaire d’économie de l’Université de Séville en raison de la qualité de ses travaux. Il a présidé l’hommage public qui m’a été rendu en octobre dernier à Séville au club Jovellanos (du nom de l’un des plus fameux représentants espagnols de la philosophie des Lumières). Quant à mon militantisme ou plutôt mes sympathies politiques passées et réelles, elles sont gaullistes ; elles remontent aux années 1965-1969 et je ne les renie pas.

Historien-militant, aveuglé par le sectarisme, García Sanjuan ne se soucie, ni ne s’embarrasse de précisions ou de nuances. À l’entendre, l’Académie royale d’histoire d’Espagne, où siègent des membres aux convictions différentes, depuis Podemos jusqu’au Parti populaire en passant par le PSOE, ne serait que « le bastion de l’académisme espagnol le plus traditionaliste ». Fait significatif (pour reprendre l’expression qu’il semble affectionner), García Sanjuan est l’un des deux seuls historiens qui ont fait partie de la Commission d’experts nommée par la municipalité de Cordoue pour se prononcer sur la titularité de la propriété de la Cathédrale-mosquée (Cathédrale Assomption de Notre Dame de Cordoue), polémique réactivée périodiquement par la gauche et l’extrême gauche depuis le début des années 2010. Cette commission de six membres, dont une majorité appartenait au PSOE, était présidée lors de sa formation par Carmen Calvo, future vice-présidente du gouvernement socialiste de Pedro Sánchez. Elle a émis, en septembre 2018, un avis défendant la propriété publique du monument aux dépens des droits de l’Église ce qui lui a valu la réponse cinglante de plus de quarante médiévistes, chercheurs et professeurs des universités dénonçant son absence totale de rigueur (Voir : Document – manifeste, El Mundo, 22 septembre 2018).

Bizarrement, la légèreté et l’aveuglement de García Sanjuan n’empêchent pas Emmanuelle Tixier du Mesnil, maître de conférences en histoire médiévale à l’Université Paris-Ouest de Nanterre, de citer voire de reproduire de manière acritique (sans toujours le citer) ses arguments fallacieux, ses fantasmes et ses stupidités (voir L’Histoire nº 457, mars 2019). Critiquant misérablement l’élection de Fanjul à l’Académie, cette apprentie enseignante sombre dans le racolage et la démagogie et atteint le comble du grotesque et de l’odieux lorsqu’elle prétend que l’académicien a rencontré « un certain écho, y compris en France, au-delà des cercles d’extrême droite auxquels était jusque là cantonné son auteur ». 

Parmi les historiens polémistes et militants du même acabit on pourrait encore citer l’Américaine d’origine cubaine, María Rosa Menocal, ou, en France, Alain de Libera, Jean Pruvost et Abderrahim Bouzelmate. L’arabiste Espagnole Maribel Fierro est sans doute la plus modérée dans la diatribe (voir Revista de Libros, mars 2019), bien qu’elle reproduise sur un mode « soft » quelques uns des clichés les plus rebattus. C’est, dit-t-elle, «  faire beaucoup de bruit pour ne rien dire » ; les  spécialistes savaient tout déjà depuis longtemps ; il y a bien eu des violences, mais somme toute normales dans une société médiévale ; par ailleurs « il y avait un cadre légal », et « la dhimma avait aussi ses avantages ». En tant que fille de républicain, elle sait, ajoute-t-elle, « ce qu’est  la liberté d’expression ». Mais elle ne nous dit pas si les communistes, les socialistes bolchevisés et les anarchistes des années trente étaient vraiment des modèles de démocrates (?) En résumé, il n’y aurait selon elle de mythe que dans la tête de ceux qui le prétendent, qui bien sûr ne font que forcer la note. « No pasa nada » disent les Espagnols, nous disons : « Circulez y’a rien à voir ! ». Un procédé classique, bien connu, qui dans le fond est assez puéril. Il s’agit de construire une image négative de son adversaire pour mieux faire valoir la qualité de la cause que l’on défend.

Un dernier facteur important explique les charges ou réquisitoires cités contre Fanjul, Fernandez Morera et Sanchez Saus : le ressentiment devant l’accueil positif voire admiratif qu’une bonne partie de la grande presse a réservé à leurs travaux et plus encore l’envie devant leurs incontestables succès d’éditions. Quatre mois après la parution du livre de Fanjul, celui-ci avait déjà été vendu à plus de 10 000 exemplaires. Un record pour un livre d’histoire qui vient d’être republié en édition de poche. Les livres de Fernández Morera et Sanchez Saus sont aussi, d’ores et déjà, des succès. Le silence n’est désormais plus de mise. Aussi, quelques universitaires aigris et manichéens, condamnés à ne connaitre que quelques centaines de lecteurs, recourent-ils à l’habituelle panoplie des armes et des stratagèmes les plus conventionnels pour essayer d’allumer des contre-feux: d’où les calomnies, les insultes, les insinuations, les attaques contre les convictions religieuses ou les supposées options politiques, les accusations, d’islamophobie, de nationalisme, de fascisme ou encore celle de vouloir fomenter le choc des civilisations, sans oublier, bien sûr, l’usage terroriste de l’argument prétendument « scientifique » et l’appel à la répression ou à l’exclusion de la communauté académique. En somme, la banale et sempiternelle rhétorique ad hominem et ad personam, plus propre des mœurs de l’Union soviétique, de l’Allemagne national-socialiste ou des républiques bananières que des pays démocratiques. Mais l’ennui avec Fanjul, Fernández Morera et Sánchez Saus, c’est que leurs démonstrations sont solides, rigoureuses, pondérées et que leurs sources sont irrécusables.

Dans le fond, ce qui gêne peut être le plus c’est la conclusion que l’on peut tirer de leurs trois ouvrages : il ne faut pas chercher des recettes salvatrices de la coexistence harmonieuse avec l’islam dans un passé mythique, au moyen d’une baguette magique, mais la coexistence, la « vie en commun pacifique », le « vivre-ensemble » comme on dit aujourd’hui, doivent se fonder sur l’application des lois, le respect des constitutions et l’acceptation des habitudes et des coutumes culturelles européennes.

Cela dit, de grâce, Mesdames et Messieurs les clabaudeurs, laissez donc travailler sereinement les chercheurs et les historiens.

Arnaud Imatz

Docteur d’État ès science politiques

Membre correspondant de l’Académie royale d’histoire d’Espagne

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :